Chronique
 Roman  Contemporain   Drame   Adolescents 
10 h 08 – KEVIN
Mec, il se passe quoi ? Réponds-moi !

10 h 09 – SYLVIA
Tyler est revenu.

10 h 11 – MATT.
Claire j’ai trop peur. Il tire sur les gens. Qu’est-ce que je fais ? CLAIRE DÉCROCHE S’IL TE PLAÎT !

10 h 27 – AUTUMN
Ça ne peut pas être vrai. Ça ne peut pas être Ty. Ça ne peut pas être mon frère.

10 h 30 – TYLER
Aujourd’hui vous m’appartenez tous.
Aujourd’hui vous allez m’écouter.
, 02-11-2017 304 pages / 15.9 €

Tyler a perdu sa mère dans un accident de voiture quelques années auparavant. Depuis, il vit avec sa sœur Autumn et leur père alcoolique et violent. Mais aujourd’hui, Tyler en a assez, et tout le monde va enfin l’écouter.
Alors que la principale fait son éternel discours de début d’année dans l’auditorium, Tyler débarque armé jusqu’aux dents et prêt à commettre un massacre.

Si Tyler est le déclencheur de cette histoire tragique et tristement réaliste, il n’est pourtant pas le personnage principal. On suit sa sœur Autumn, la petite amie de cette dernière : Sylv, Tomas, le frère jumeau et Claire, l’ex de Tyler. Tous ont un passif avec le jeune tueur et vont en dresser un portrait aussi instable que fragile.

54 minutes est donc l’histoire d’une tuerie de masse dans un lycée. Un fait divers tristement commun aux États-Unis qui a déjà été traité dans un certain nombre de films et de livres. Ça n’en est pas moins un roman fort et poignant qui remue le lecteur jusqu’aux fondations.
L’auteur parvient très bien à retranscrire ce moment de terreur pur, l’incompréhension face à cet acte de mort et l’espoir de survivre alors que d’autres tombent sous les balles.

On suit donc Sylv, Autumn, Claire et Tomas dans ces longues minutes, un peu moins d’une heure, qui suffisent à faire basculer leur vie. On veut savoir ce qui va leur arriver, s’ils vont survivre ou pas et les chapitres très courts aident à entretenir ce sentiment d’urgence.

En ressortant de cette lecture, j’étais choquée, vidée, encore perdue dans mes souvenirs de toutes ces fois où j’ai pu entendre parler de ce genre de fusillades. Néanmoins, après réflexion, j’ai aussi remarqué les failles de l’histoire, certaines situations qui m’ont parue assez peu réalistes avec le recul. Ça contraste d’ailleurs grandement avec les pensées des héros sur leur vie, l’espoir, leurs relations aux autres, qui sont au contraire si vraies qu’elles en deviennent troublantes.

Il manque aussi à cette histoire des éléments pour cerner un peu mieux Tyler, sa tristesse et ses motivations. C’est certainement un parti pris de l’auteur de montrer ce que les autres pensaient savoir de lui, mais j’aurais tout de même apprécié le comprendre un peu mieux.
Je n’ai pas non plus réussi à vraiment m’attacher aux personnages qui paraissent étrangement extérieurs à la situation. Au point où on ne les perçoit finalement que comme faire valoir pour le réel sujet du récit : cette terrible tuerie et ses conséquences.

En Bref :54 minutes est un roman fort et poignant qui parvient aisément à faire vivre au lecteur une belle palette d’émotions. Il ne m’a toutefois pas totalement convaincue à cause d’un manque d’aboutissement autour du personnage de Tyler et de l’absence de caractère chez les autres. Cela crée un drôle d’équilibre qui ne fonctionne pas toujours très bien et fait perdre un peu d’impact à la totalité de l’histoire.
4 / 5 4 / 5
©Chronique écrite par , le 07-12-2017

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz