Chronique
A mains nues
 Roman  Thriller   Adultes 
Davide a eu une enfance choyée et sans histoires. Un soir, lors d’une fête, il est kidnappé et enfermé à l’arrière d’un camion. Tapi dans le noir, un inconnu lui saute dessus et tente de le massacrer. Terrorisé, Davide agit par réflexe et tue son adversaire. Il est alors conduit dans une cave, où il rejoint d’autres prisonniers. Comme lui, ils sont là pour s’entraîner à combattre et intégrer un jour l’élite des tueurs. Abasourdi, Davide comprend que son seul moyen de survie est de tuer. Il remporte chacun de ses combats. Un jour il décide de s’enfuir, mais l’organisation ne l’entend pas de cette oreille…
Naît-on assassin? C'est la question que se pose Davide tout au long du roman lorsqu’il découvre qu’il peut tuer avec ses poings sans le moindre scrupule.
, 09-10-2014 496 pages / 21.9 €

Davide est un jeune homme bien sous tous rapports. Vivant dans une famille aisée, doté d’un physique ravageur, le garçon de seize ans vit son adolescence pleinement. Jusqu’au jour où, lors d’une soirée, il est kidnappé et jeté sans ménagement dans un camion. Dans ce dernier l’attend un tueur, un seul d’entre eux pourra sortir en vie du véhicule. Grâce à son instinct de survie, Davide sort vainqueur de ce combat, le premier d’une très longue série. Car il va entrer dans un monde inconnu, devenir un « chien de combat », dressé pour tuer et obéir, laissant son humanité de côté. Combien de temps Davide survivra-t-il à cette situation ?

A mains nues sort énormément de mes habitudes de lectures mais j’ai vraiment été attirée par son synopsis original. Je ne regrette pas une seconde mon choix de me lancer dans ce pavé de presque 500 pages car c’est un véritable régal. Ce roman est addictif et rythmé, les questions posées sont véritablement intéressantes et Paola Barbato réussi parfaitement à nous plonger dans son univers cruel, violent, qui n’est pas pour autant dénué de sentiments.

Davide est un personnage qui évolue énormément tout au long de l’histoire. De chien rebelle et geignard, il devient Batiza, une bête presque cruelle qui obéit sans discuter.

Il grandit, il se bat pour survivre et plus il se bat, plus il devient ce qu’on attend de lui. Se posant la question de : Naît on assassin ou le devient-on ? Davide est progressivement assimilé à une vraie machine à tuer. Pourtant, mué par un syndrome de Stockholm, le garçon développe des sentiments pour son maître : Minuto, qu’il en vient à considérer comme l’équivalent d’un père.

Cette lente mise en place de la relation maître – chien est merveilleusement bien gérée et je dois bien avouer que, étrangement, on parvient même à apprécier Minuto à travers les émotions de Davide à son égard.

Je redoutais une chose en commençant ce livre : le trop plein d’hémoglobine. Pourtant l’auteur réussi son pari et nous offre un roman violent, cruel, psychologiquement déstabilisant, tout en ne tombant pas dans le gore et l’excessivité. Elle joue avec finesse sur l’aspect psychologique de son histoire et on en ressort lessivé grâce à une fin magistrale qui nous met à terre.

En Bref :Ce roman est un coup de poing, une claque magistrale qui ne laisse pas le lecteur indemne. Paola Barbato nous offre un roman psychologique intense qui, malgré le thème très violent, n’est jamais écoeurant. Je pourrai presque parler de chef d’œuvre étant donné la qualité de cette histoire et de l’écriture.
Coup de coeur Coup de coeur
©Chronique écrite par , le 30-12-2014

2
Poster un Commentaire

avatar
2 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
topobibliotecaLe Chat du Cheshire Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
topobiblioteca

J'aime beaucoup le côté psychologique des thrillers =)

Le Chat du Cheshire

Je le note !