Chronique
Afterworlds
 Roman  Fantastique   Adolescents 
Darcy Patel, dix-huit ans, a mis l'université entre parenthèses. Elle vient de signer un contrat pour publier son premier roman, Afterworlds. L'histoire de Lizzie, une ado qui échappe de justesse à une attaque terroriste en simulant la mort.
Tandis que Darcy écrit et plonge dans l'effervescence de la scène littéraire new-yorkaise, Lizzie passe de notre monde à un monde intermédiaire, un lieu entre la vie et la mort, ou elle va dénouer les secrets de son passé... et rencontrer le garçon de ses rêves.
, 05-03-2015 672 pages / 18.9 €

Darcy est une jeune fille de dix-huit ans qui, après avoir signé un gros contrat pour publier son livre, part vivre à New York pour écrire. Son rêve d’auteur se concrétise, elle y entame une toute nouvelle vie, découvre de nouvelles personnalités, grandit… Mais elle doit aussi, et surtout, faire toutes les corrections de son roman pour lui assurer une publication.

Son roman met en scène la deuxième héroïne de cette histoire : Lizzie. Une jeune fille qui survivante d’une terrible attaque terroriste et qui, depuis, parvient à basculer dans le monde des morts où elle rencontrera un jeune garçon aussi ténébreux que sexy.

J’étais très impatiente de lire ce roman qui promettait une intrigue originale, j’ai eu notamment de bons échos sur la série Uglies de Scott Westerfeld et j’avais donc certaines attentes. Quand j’ai eu le pavé entre les mains j’ai pensé « Je vais passer un bon moment ».

Le récit était franchement prometteur, alterner entre une héroïne et son auteur, je crois que c’était un concept inédit. En tout cas je n’avais jamais rien lu de tel.

Le problème qui s’impose rapidement, c’est le manque de profondeur des deux personnages principaux. Lizzie a du mal à émerger, le récit qui la concerne manque souvent de consistance, les choses vont trop vites, surtout au niveau de la romance. J’ai toutefois préféré son histoire et sa personnalité mais je l’ai trouvée en retrait par rapport à Darcy.
Et cette dernière m’a profondément gonflée.
Je l’ai trouvée parfois puérile, de temps en temps chiante et souvent insupportable. Elle entre dans un monde d’adulte et donne vraiment l’impression de n’être qu’une gamine capricieuse, incapable de vraiment réfléchir.
Malgré tout j’ai apprécié découvrir une partie du monde de l’édition Young Adult et elle évolue sensiblement au fil de l’histoire posant des questions touchantes sur son identité et sur sa légitimité en tant qu’auteur YA assez jeune et pourtant déjà attendue.

J’ai aussi apprécié Imogen qui a beaucoup plus la tête sur les épaules et était vraiment ma bouffée d’oxygène dans le monde de pleurnicheries de Darcy.

L’autre problème du récit selon moi est ce phénomène de « bookception » qu’on ressent au fil de la lecture. Lizzie est écrite par Darcy qui est écrite par Westerfeld. C’est assez clair mais j’ai été gênée par un fait simple : Darcy est payée des milliers de dollars par une maison d’édition pour son livre, livre qui, au final est écrit par Scott Westerfeld. J’ai donc compris que pour notre auteur « Alpha », Afterworlds valait des milliers de dollars. C’est peut être bête de se bloquer sur ce point mais j’ai trouvé ça présomptueux, j’aurai préféré que Darcy ne soit pas perçue comme un génie de l’écriture…

En dehors de ça, Afterworlds reste un roman agréable à lire. Il souffre parfois de quelques longueurs mais j’ai vraiment accroché à l’univers de Lizzie, un monde sombre emprunt de violence qui tourne autour de la mort. J’attendais ses chapitres avec impatience – j’ai presque failli passer un chapitre sur Darcy pour avoir la suite des aventures de ma favorite.
J’ai apprécié l’utilisation du panthéon Hindou, l’atmosphère parfois oppressante, qui m’a donné froid dans le dos quand l’antagoniste pointe le bout de son nez. Malheureusement, comme je l’ai déjà souligné, son histoire manque de développement, j’aurai aimé que les personnages secondaires aient plus de présence et que le récit aille plus en profondeur…

En Bref :Afterworlds est un roman agréable à lire mais qui est très inégal. Le manque de profondeur est flagrant, le personnage de Darcy est à claquer, l’histoire de Lizzie est un peu trop superficielle et j’ai fais un blocage sur cette histoire de « bookception ».
De plus, j’ai eu envie de sauter une partie des chapitres avec Darcy et les petites longueurs qui jalonnent l’histoire auraient pu permettre à l’auteur de construire un peu mieux son histoire plutôt que de s’appesantir sur des choses parfois redondantes.
2 / 5 2 / 5
©Chronique écrite par , le 21-04-2015

9
Poster un Commentaire

avatar
8 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
SaefielDFMallou14 (The Notebook 14)SFlora Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
DF

J’ai lu un livre de Westerfeld il y a longtemps, cela devait être “Uglies” ou “Pretties”, qui ne m’a pas laissé un souvenir grandiose. Après lecture de ce billet, je ne vais probablement pas y revenir… Merci!

Mallou14 (The Notebook 14)

Zut :/ Il ne me tentait pas plus que cela, sauf pour ce qui est de la couverture, alors je vais passer mon chemin ^^

S

C'est dommage! J'avais trop envie de le lire mais là, tu m'as refroidie :/ Je vais y réfléchir ^^

Flora

Le pitch de départ m'intéressait pas mal parce qu'on ne voit pas souvent ce type d'intrigues mais ta chronique m'a un peu douchée, je dois dire… Je pense passer mon chemin parce que c'est un sacré pavé et j'ai bien peur de m'y ennuyer !

latetedansleslivres

Oh trop dommage! Bon, je pense que je vais passer mon tour tout simplement, il y a d'autres livres de cet auteur qui me tentent plus!