Chronique
 Roman  Contemporain   Thriller   Adultes 
Brillante étudiante en sciences politiques, Laure Meziani est la secrétaire personnelle de Pierre de Morangles, le candidat aux électorales du Nouveau Parti du Centre. La fascination qu'elle lui voue est sans borne, et, lorsqu'il semble enfin la remarquer, elle profite de ces heures volées sans penser au lendemain. Mais après leur première nuit, elle ne s'attendait pas à se réveiller à côté d'un cadavre ! Pas plus qu'elle ne s'attendait à plonger dans l'envers du décor qui accompagne cette mort aussitôt transformée en évènement médiatique et maquillée en en argument de campagne. Car si la vie de Laure lui semble s'arrêter, la campagne, elle, ne doit pas s'interrompre, et ce qu'il faut désormais au NPC, c'est surprendre... Quelle plus habile surprise qu'un nouveau visage, que personne ne connaît, que personne n'attend : celui de Laure. Alix de Morangles, charismatique veuve de Pierre et avocate renommée, a décidé de faire de la jeune femme la nouvelle candidate du parti, modulant son image, s'appuyant sur son ambition pour camoufler sa naïveté et son manque d'expérience. Première surprise, Laure sera la première conquise par ce défi : grimper les échelons, acquérir du pouvoir. Laure n'est pas si naïve ; elle sait qu'elle va devoir se battre pour se faire une place dans un cercle très fermé... et surtout pour y rester.
Jusqu'où ? Jusqu'à quand ?
, 15-02-2017 320 pages / 18 €

Laure est l’assistante de Pierre de Morangles, le leader du Nouveau Parti du Centre, récent mouvement qui gagne de l’ampleur. La jeune femme commence donc sa carrière politique dans un milieu sans pitié, et quand Pierre décède alors qu’ils viennent de passer la nuit ensemble, Laure se retrouve embarquée dans une sombre machination.
De l’autre côté se trouve Renate, une journaliste à la vie sentimentale chaotique qui est à la recherche d’un scoop. Elle observe d’ailleurs son frère s’intéresser étrangement au NPC alors que des secrets de familles enfouis s’apprêtent à refaire surface.

La première chose qui frappe dans Candidate c’est son ancrage érotique. En effet, le roman s’ouvre après une scène de sexe et elles seront nombreuses dans le reste du récit. Autant dire que ça surprend un peu quand on s’attend à faire face à une histoire pour adolescents, même si ces scènes sont très soft et peu descriptives.
Passé cette première surprise, on s’immerge dans ce roman noir où la manipulation et les secrets pullulent. La plume de Christine Féret-Fleury s’accorde merveilleusement bien avec ce type de récit, comme elle a déjà pu le prouver avec l’excellent Au bois dormant. Malheureusement, l’histoire ne suit pas du tout.

Tout d’abord, le personnage de Laure est agaçant. Elle ne sait clairement pas ce qu’elle veut et ne cesse de passer d’un état à l’autre, ce qui la rend inconsistante et pénible à suivre. J’ai d’ailleurs vécu plusieurs chapitres à avoir envie de claquer cette jeune femme stupide et énervante au possible…
Renate, quant à elle, ne parvient pas à être intéressante. Ses multiples réflexions enferment ses chapitres dans des longueurs sans fin. Seuls les secrets qui semblent tarauder sa famille recèlent un peu d’intérêt, mais ce n’est pas suffisant…
Quant à Aubry, le frère de Renate, il n’a aucun intérêt et Alix de Morangles s’avère être une piètre manipulatrice sans aucun charisme.

Autant dire qu’on s’ennuie rapidement dans ce récit et, pour ne rien arranger, ça ne bouge pas beaucoup, voire pas du tout. À tel point que j’ai préféré abandonner cette lecture à 70 pages de la fin. Je me suis contentée de feuilleter le reste pour avoir les révélations de l’histoire. Ces dernières sont malheureusement prévisibles, bien trop faciles à deviner.

Le tout manque cruellement de réalisme et de finesse. Le parallèle entre la politique et le sexe est plutôt lourd et les scènes érotiques ne font que produire un sentiment de malaise durant la lecture. Ces passages m’ont d’ailleurs paru inutiles et n’amènent aucun type de fantasme. Ils ne sont finalement qu’un prétexte pour offrir un moyen de pression sur notre héroïne qui a le rôle de l’oie blanche stupide et facilement malléable.
Le thème de la manipulation est également sous-exploité et très fade. Ça n’a aucun intérêt et ça manque de machiavélisme et de véritables motivations qui auraient pu donner un peu d’ampleur au roman.

En Bref :Candidate est un roman ennuyeux, prévisible et pesant qui manque de crédibilité et de dynamisme. Les personnages sont agaçants et la constante alternance entre sexe, politique et mauvaise manipulation n’apporte finalement pas grand-chose. Ces multiples points négatifs m’auront tout simplement empêchée d’aller au bout de ma lecture.
Abandon Abandon
©Chronique écrite par , le 31-03-2017

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz