Chronique
Coeur de Flammes, Tome 1 : Le visage de l’Ombre
 Roman  Fantasy   Adolescents 
En condamnant la magie il y a de cela un millénaire, les Anciens pensaient avoir réussi à protéger les terres d’Iriah des horreurs de la guerre. En faisant appel à des pouvoirs inconnus, un être tyrannique, le Régisseur, arrive toutefois à s’y imposer en maître et ordonne l’assassinat de tous les enfants naissant par paire.
Une jeune femme échappe à cette fatalité. Jumelle, Aluna se sait condamnée à vivre dans l’ombre, sous la coupe d’un druide fou qui la force à être le cobaye d’étranges expériences magiques. Mais lorsque l’une d’entre elles tourne mal et qu’elle est projetée dans une rivière aux eaux interdites, le cours de sa vie change à jamais.
Dès lors, Aluna va être entraînée dans une aventure mêlant magie, complots, rébellion, et qui va lui permettre d’entrevoir un des secrets les mieux gardés de son monde…
, 28-08-2014 364 pages / 14.9 €

Aluna est une jeune femme brisée, cachée à la face du monde depuis sa naissance. Dans un univers où les jumeaux sont interdits, sa mère a choisit de laisser vivre dans la lumière sa sœur : Elena. Aluna est, quant à elle, envoyée vivre avec Xerox, un puissant druide. Ce dernier ne cesse de faire de terribles expériences sur Aluna qui a l’impression de brûler vive à chaque fois. Jusqu’à celle de trop, qui fera qu’Aluna brisera une loi millénaire sans le vouloir et devra continuer à cacher ses secrets à tous prix.

Ayant lu de nombreux avis positifs sur ce roman, j’étais très pressée de le découvrir et de me faire mon propre avis. Malheureusement, ce que je pensais être une bonne lecture s’est révélé une torture au point que j’ai failli abandonner plusieurs fois.

J’ai, dès les premières pages, eu un gros problème avec le style de l’auteur. La narration est trop simple, les phrases vont rarement au delà du « Sujet verbe complément », ce qui hache le rythme de la lecture de façon désagréable. A la fois, l’auteur nous submerge de trop nombreuses descriptions (celles sur les tenues m’ont particulièrement ennuyée) et moultes explications qui donnent l’impression de lire un livre d’Histoire sur son univers.

Pourtant, les meilleurs livres de fantasy sont ceux qui nous permettent de saisir l’univers sans nous noyer d’informations redondantes. J’aime pouvoir saisir certaines ficelles au fil des pages et c’est loin d’être le cas ici…
Le rythme est aussi perturbé par les incessants jeux de questions – réponses philosophiques des personnages. Ils passent tous leurs vies à se poser des questions pour conclure, quasiment systématiquement par « on verra plus tard ». Ces passages m’ont parus inutiles et alourdissent beaucoup une lecture qui est déjà loin d’être évidente.

Concernant le style d’écriture en lui-même, il m’a aussi gênée. Certaines tournures sont maladroites, j’ai particulièrement bugué sur cette phrase « Dès qu’il commença à y voir, il continua sur sa lancée […] ». Pour moi c’est typiquement le genre de phrase qui ne peut pas exister dans un roman après avoir passé les phases de correction… Les nombreuses répétitions de « jeune fille, jeune femme » m’ont aussi tapé sur les nerfs et l’effort visible de l’auteur d’avoir donné un côté « ancien » à son écriture est un échec. Cela donne un côté trop travaillé à un texte qui est en même temps maladroit et exempt de beaucoup d’éléments intrinsèque et nécessaire à une bonne œuvre de fantasy.

A cela s’ajoute une neutralité surprenante face aux personnages. Si on pénètre souvent dans leurs pensées, je n’ai accroché avec aucun d’entre eux. Je ne les ai pas détesté non plus, mais il n’y a eu aucun déclic…

Leurs réactions sont parfois étranges, trop rapides, inexplicables… La romance par exemple, nous est un peu balancée en pleine tête, sans transition (qui pour le coup aurait été plus utile que dix descriptions de tenues et de lieux).

L’histoire n’a rien rattrapé, en plus d’être parasitée par les multiples descriptions, le rythme est effroyablement lent. J’ai trouvé qu’il ne se passait rien, du moins rien qui titille mon intérêt… L’action n’est quasiment pas présente et quand elle arrive ce n’est que pour une très courte durée. C’est le genre de rythme qui ne fonctionne que si le reste tient la route…

Enfin, je dois bien avouer que les antagonistes ne m’ont pas convaincue dans leurs rôles de méchants.

Quant au monde d’Iriah, je l’ai trouvé un peu enfantin pour un livre estampillé « tout public». L’univers est bien décrit, on sent qu’il a été beaucoup travaillé par Iman Eyitayo qui nous gratifie même d’un glossaire en fin de livre, mais un petit quelque chose m’a gênée. Sous des apparences de complexité, on reste dans quelque chose de très basique, sans les multiples nuances que j’attends dans un roman dît de fantasy.

En Bref :Je me suis énormément ennuyée dans cette lecture à cause d’un univers trop simple, d’une écriture qui oscille entre trop et pas suffisamment travaillée ainsi que des personnages qui m’ont laissée de marbre. Le tout n’est pas rattrapé par l’univers qui m’a paru bien trop simple. C’est donc un échec livresque qui, je le regrette, m’a fait perdre mon temps. Si je n’ai pas abandonné c’est aussi avec l’espoir que les choses s’améliorent au fil des pages mais ça n’aura pas été le cas à mes yeux.
1 / 5 1 / 5

Je remercie Iman pour l’envoi de ce roman.

©Chronique écrite par , le 14-09-2015

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
Léna Bubi Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Léna Bubi

Ho mince alors =/ j'ai ce livre dans ma pal, et j'espère qu'il pourra quand même me plaire 😉