Chronique
Comment (bien) rater ses vacances
 Roman  Contemporain   Humour   Adolescents 
Maxime Mainard, impertinent adolescent de 17 ans choisi de passer ses vacances avec sa grand-mère, dans son pavillon du Kremlin-Bicêtre pour échapper aux vacances en famille. Il avait tout prévu pour couler des jours tranquilles devant son ordi... sauf la crise cardiaque de sa grand-mère. Les vacances vont se transformer en feuilleton délirant !
, 03-05-2017 240 pages / 13.5 €

Cet été les parents de Maxime veulent partir faire de la randonnée en Corse. Très peu emballé par l’idée de devoir marcher toute la journée affublé d’un sac à dos, l’adolescent de 17 ans décide d’aller au Kremlin-Bicêtre dans le pavillon de sa grand-mère tandis que sa petite sœur, Alice, partira en colonie en Bretagne. Pour Maxime, être chez Mamie Lisette c’est le rêve : grâce matinée, crêpes et longues heures devant son ordinateur en perspective. Mais l’été parfait du garçon bascule lorsque sa grand-mère a un accident et se retrouve à l’hôpital. Maxime va devoir apprendre à tout gérer, y compris lui.

Depuis Ma mère, le crabe et moi, j’avais très envie de retrouver l’écriture d’Anne Percin que j’avais trouvé drôle, fraîche et émouvante à la fois. C’est chose faîte ici et je n’ai pas été déçue puisque j’ai passé un moment tout bonnement magique avec ce roman.

On rit beaucoup, énormément même, on peut dire qu’on se bidonne tellement les aventures et mésaventures de Maxime sont drôles. Le jeune homme est un ado dans toute sa splendeur, qui aime chatter avec ses amis, manger des pizzas, jouer de la guitare et ne rien faire. Quand vient l’heure de l’autonomie, Maxime s’essaye à des expériences culinaires plus ou moins réussies et tente, toujours avec humour, de faire face à la situation.
On apprécie l’adolescent pour son sens incroyable de la dérision, mais aussi pour la sensibilité qui existe en lui. Sa relation avec sa grand-mère est particulièrement touchante et le lien qui les unit fait plaisir à voir.

Anne Percin manie une nouvelle fois à merveille les registres comiques et tragiques et les entremêlent pour nous plonger dans un roman qui n’a de léger que l’apparence. J’ai adoré naviguer sur cette frontière et être parfois aussi émue que j’avais pu être amusée quelques pages plus tôt.
L’auteur possède également un incroyable talent pour retranscrire la beauté des relations humaines. Outre Maxime et sa grand-mère, une fille mystérieuse fait son apparition sur SpaceBook : Pika. Et notre jeune héros est bien vite agacé par cette pimbêche qui veut avoir le dernier mot sur tout. Là encore, il n’y a qu’un pas entre l’énervement et le début d’une relation amicale, voire plus encore.

Bien que très porté vers un registre humoristique puisque Maxime est le narrateur, le roman n’en est pas moins crédible et empreint d’une grande justesse. On le lit le sourire aux lèvres, quelques larmes aux coins des yeux et l’envie de ne jamais en sortir. Heureusement, il y a quatre tomes des aventures de Maxime, de quoi passer de savoureux moments !

En Bref :Comment (bien) rater ses vacances est un roman drôle et parfois terriblement émouvant. Les aventures de Maxime en feront rire plus d’un et ce roman est tout simplement idéal pour passer un bon moment. L’écriture d’Anne Percin est toujours sublime, vraie et d’une justesse à couper le souffle.
5 / 5 5 / 5
©Chronique écrite par , le 27-06-2017

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Comment (bien) rater ses vacances"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Majaah
Majaah

J’ai rarement autant ri qu’en lisant ce livre ! Le coup des bulbes, je ne m’en remets toujours pas 😀

jta

C’est une de mes séries préférées, que je relis inlassablement ^^

Lowrra

Aux premiers abords, je me serais pas attardée sur ce livre mais là, wow, ta chronique me donne envie de le lire 😀

wpDiscuz