Chronique
Eden, Tome 1 : Le mirage de Gemma
 Roman  Dystopie   Science-Fiction   Adolescents   Adultes 
Et si sa vie tout entière n’était qu’un mensonge ?

L’humanité a abandonné la Terre dévastée pour Gemma, véritable havre de paix. Mais cette tranquillité a un prix…
Entièrement dévouée au gouvernement, Eden est membre émérite du groupe de répression chargé de faire respecter la paix. Et pour faire régner l’ordre, elle n’hésite pas à faire usage de toute la violence nécessaire. Sa mission au service du peuple vaut tous les sacrifices.
Mais son infiltration dans les rangs d’un groupe de rebelles, et les rencontres qu’elle y fera, dont une en particulier, vont faire vaciller ses valeurs et bouleverser ses certitudes.
Pour les rebelles comme pour elle, tout pourrait bien changer…
, 15-03-2017 256 pages / 17.9 €

La Terre est ravagée et inhabitable, mais une partie de la population a pu migrer sur la planète Gemma. Le GUN y est le nouveau gouvernement en charge et sous la figure de leur leader charismatique Lady Bonnaire, ils n’hésitent pas à se débarrasser de tous les éléments qui mettent la sécurité des habitants en péril. Eden est une Alpha qui exécute les ordres aveuglément et assassine ses cibles sans rechigner. Alors qu’un groupe de dangereux et violents rebelles semble vouloir semer la terreur, Eden est missionnée pour les infiltrer et récupérer le plus d’informations possible.

Gemma porte donc en son sein une utopie classique : pour que le système fonctionne, il faut se débarrasser des éléments perturbateurs. C’est là que le roman d’anticipation glisse vers la dystopie, car ce qui a l’apparence d’une société parfaite se montre rapidement comme pourri à la base.

Pourtant, Eden ne se rend pas compte de ce malfonctionnement. Pire : elle y contribue activement sous son statut d’Alpha. Si dans certaines dystopies la lente prise de conscience sur la réalité marche bien, je l’ai trouvé ici très poussive. De plus, l’héroïne tape vite sur les nerfs. Je n’ai pas du tout réussi à apprécier Eden que j’ai trouvé aveugle et franchement agaçante à cause de ses réactions excessives et sa trop grande confiance en elle.
Malheureusement, aucun personnage secondaire ne vient rattraper le coche. La plupart d’entre eux sont fades au point qu’il m’a fallu un certain temps pour différencier tout le monde.
Enfin, il y a Drago Thorgard, le chef des rebelles, un Norvégien beau gosse et brutal au passé sombre. J’ai tout de suite senti la romance arriver et le nombre de clichés qu’on y trouve m’a passablement fait soupirer.

Outre le problème des personnages, j’ai également eu du mal avec l’histoire. Elle met beaucoup de temps à se lancer et le rythme m’a paru chaotique et répétitif de chapitre en chapitre. On ne réussit pas à se plonger dans le récit et on devient étrangement détaché. Il manque finalement un petit quelque chose pour que les choses décollent vraiment et que ça accroche l’attention.
Arrivent enfin les cinquante dernières pages qui m’ont parues bien meilleures et que j’ai lues d’une traite sans perdre le fil par ennui. Car oui, c’est affreux à dire, mais je me suis terriblement ennuyée dans ma lecture. J’ai trouvé l’intrigue trop prévisible et le tout trop lent.

À cela s’ajoute un certain nombre de descriptions, notamment de vêtements, plutôt inutiles et qui rajoutent à l’impression de longueur. Il n’en est pas moins que la jeune plume de Blandine P. Martin m’a parue maîtrisée et fluide, j’ai seulement eu le sentiment que le texte manquait parfois cruellement de spontanéité.

En Bref :Je n’ai malheureusement pas accroché à ce roman que j’ai trouvé trop prévisible, rempli de clichés et poussif. À cela s’ajoute un personnage principal antipathique qu’on ne parvient pas à apprécier. Malgré les dernières pages immersives, je ne suis donc pas du tout convaincue.
2 / 5 2 / 5
©Chronique écrite par , le 03-06-2017

Poster un Commentaire

11 Commentaires sur "Eden, Tome 1 : Le mirage de Gemma"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
wpDiscuz