Chronique
 Bande-dessinée  Franco-Belge   Adolescents 
Jan, en 3e B, est un adolescent insignifiant pour qui il est difficile de se faire une place au soleil dans un monde sans pitié. Il se passe et repasse au fond de l'esprit des scènes imaginaires dans lesquelles il occupe le premier rôle, secondé par trois grands costauds américains. Leur force, leur audace et leur sûreté de jugement arriveront-ils à contaminer le frêle Jan ?
, 16-01-2008 132 pages / 10.4 €

Jan est un adolescent qui entame une nouvelle année scolaire. Ayant très peu d’amis, il s’est inventé trois amis imaginaires : Silvester (Stallone), Arnold (Schwarzenegger) et Russel (Crowe). Trois figures du cinéma d’actions, toujours prêt à le secourir et à l’aider face à la dureté du collège. Et les scènes imaginaires où il détient le premier rôle vont se succéder en même temps que son quotidien va s’agrémenter de nouveaux évènements.

Jan est finalement un adolescent ordinaire, qui a du mal à s’intégrer aux élèves de sa classe. Il n’est pas populaire, il a de l’acné, aucun ami. Alors forcément, dans ces cas là, le seul moyen pour éviter de se confronter à son quotidien c’est de se plonger dans l’imaginaire, de s’y défouler et d’imaginer ce que l’on pourrait faire subir à ceux qui nous rejettent. J’ai apprécié cette facette de l’adolescent démystifié. Jan n’est pas beau, Jan n’a aucun pouvoir magique, il est un adolescent ordinaire, sans autre histoire que son quotidien et qui s’invente des choses pour y échapper. Et j’ai trouvé que ça changeait de ce qu’on peut trouver d’habitude. Finalement, face à chaque coup dur de la vie, Jan va s’inventer un épisode accompagné de ses trois gardes du corps pour se protéger lui-même.
Viv_s_et_Sanlaville_Hollywood_Jan_p_2_-500x252 Hollywood Jan

HollywoodJan_22032008_194653-332x500 Hollywood Jan
La première planche de la BD

La BD se découpe en plusieurs chapitres très courts et se lit très rapidement puisqu’elle fait un peu moins de 150 pages et les dialogues ne sont pas nombreux. Niveau dessin, j’ai redécouvert les traits de Bastien Vivès que j’ai connu avec le fameux Polina. Si je ne suis pas une très grande fan de son style, je reconnais qu’il est reconnaissable entre tous et je trouve que son dessin dans Jan est plus joli que dans les autres œuvres que j’ai pu lire de lui. Je crois que c’est parce que Sanlaville y a mit son grain de sel sans dénaturer pour autant le style de Vivès.

L’histoire quant à elle, écrite conjointement par Vivès et Sanlaville qui se complètent parfaitement. J’ai bien aimé suivre la routine ordinaire, peuplée de petites choses extraordinaires de Jan et constater l’évolution lente mais progressive de l’adolescent. J’ai aimé cette idée de montrer finalement un adolescent normal qui ne vit pas d’aventures en dehors de sa tête mais qui souhaiterait avant tout s’intégrer lui aussi dans l’univers du collège.

193_2-500x167 Hollywood Jan
Arnold PAS CONTENT.
En Bref :Hollywood Jan est une petite bande dessinée sympathique que j’ai apprécié découvrir. Si les dessins ne sont pas tout a fait ma tasse de thé je trouve qu’ils collent parfaitement avec l’histoire.
Découvrir l’ordinaire de la vie de Jan conjugué avec son petit grain de folie était également très chouette. J’ai apprécié Jan et son désir d’entrer dans la norme tout en étant pourtant un grand rêveur, cette dichotomie permet une histoire originale et intimiste.
4 / 5 4 / 5
©Chronique écrite par , le 16-08-2014

Poster un Commentaire

avatar