Chronique
Inhuman, Tome 1
 Roman  Science-Fiction   Adolescents 
Pour sauver son père, Lane est prête à tout. Même à passer de l'autre côté du mur. Même à mettre sa vie en danger. Même à s'exposer au virus… Quitte à perdre son humanité.
, 04-02-2015 384 pages / 16.9 €

Suite à une terrible épidémie, les États-Unis sont coupés en deux par un immense mur séparant l’Est de l’Ouest. C’est à l’Ouest, à l’abri de tout, que vit Delaney, plus communément appelée Lane. La jeune fille de dix sept ans se sent protégée grâce à la haute muraille qui la sépare du Ferae : un virus qui transforme les hommes en animaux, des plus dangereux comme un tigre, au plus inoffensif comme un simple cochon.
Alors que Lane est dans une soirée de fin d’année avec ses amis, les autorités viennent l’arrêter. Lane découvre que, toute sa vie, son père lui a menti. Il n’est pas un simple marchand d’art mais un récupérateur. C’est à dire qu’il à trouvé un moyen de passer le mur et de se rendre à l’Ouest pour retrouver des objets d’arts et les revendre : un crime puni de mort.
Envoyée par un membre du gouvernement peu scrupuleux, Lane va devoir retrouver son père et lui donner une mission qui lui vaudrait un effacement complet de son dossier. Lane a déjà perdu sa mère d’un cancer, elle ne veut perdre son père pour rien au monde. Mais pour ça elle va devoir affronter un monde très différent du cocon dans lequel elle a toujours vécu ; un monde sauvage emprunt de violence et de dangers terrifiants.

Je vous le dis tout de suite : j’ai adoré Inhuman. J’ai été très proche du coup de cœur grâce à sa grande originalité et son rythme envoûtant. En effet, je n’avais jamais rien lu concernant une épidémie transformant les gens en animaux, en général on est plus proche des zombies et autres créatures morbides. J’ai trouvé cette idée vraiment très bonne et surtout bien amenée. Peu à peu, on comprend les fondements de ce virus, sans que ce soit trop compliqué. Le facteur génétique est bien expliqué, tout comme la transmission et on tremble devant les nombreux hybrides qui se sont développés à l’Ouest du mur.
J’ai aimé également la représentation de “l’extérieur”, ces camps de survivants qui vivent tant bien que mal, les scientifiques installés dans un camp surprotégé par l’armée mais aussi les nuances dans la maladie elle-même. Certains contaminés se transforment rapidement, d’autres gardent un esprit bien humain pendant longtemps avant de tomber dans la sauvagerie…

Kat Falls a eu l’intelligence de nous faire découvrir son monde à travers le regard de Lane. Lorsque la jeune fille se retrouve en dehors du monde presque stérile et désinfecté qu’elle a toujours connu, elle ne peut s’empêcher de se laver les mains avec son gel antibactérien dès qu’elle touche quelque chose de suspect. Comment va-t-elle survivre alors qu’elle n’a jamais eu à faire avec le moindre problème ? Heureusement, les histoires que lui racontait son père lorsqu’elle était petite vont s’avérer cruciales pour sa survie.
Lane évolue doucement, elle grandit, elle passe de la fille peureuse et maladroite à quelqu’un de courageux et déterminé qui n’a pas peur de prendre des décisions et oublie même l’importance de son désinfectant.

Ses rencontres avec Rafe et Everson ne sont sûrement pas pour rien dans son évolution. Je dois dire que lorsque ces deux garçons ont fait leur entrée je me suis dis « Encore un triangle amoureux ». Je commence à être un peu blasée par cette récurrence trop évidente dans les romans pour ados et jeunes adultes. Pourtant, il ne m’a pas dérangé ici. Le triangle est équilibré, il n’y a aucune lourdeur, pas d’hésitations trop redondantes et mêmes certaines notes d’humour qui m’ont fait sourire. Lane n’est pas du genre à trop se concentrer sur ses sentiments amoureux ce qui rend le tout très sympathique à lire.
Je dois avouer que niveau caractère j’ai ma préférence pour Rafe : le sauvage qui paraît dénué de tout sentiment et qui est prêt à tout pour survivre. Je crois que son comportement m’a beaucoup fait penser à Daryl de The Walking Dead, et ce n’est donc pas pour rien que je le préfère au parfait mais trop lisse Everson. Ce dernier m’a en effet paru vraiment trop gentil et j’ai un faible pour les bad boy.
D’autres personnages feront leur apparition dans l’histoire, certains rentreront dans votre cœur, d’autres vous feront frémir, mais aucun ne pourra vous laisser indifférent. J’ai d’ailleurs ressenti beaucoup d’affection pour Cosmo, un petit hybride de huit ans qu’on a juste envie de prendre dans ses bras pour le câliner.

Mais l’auteur ne se contente pas d’un roman frénétique et entraînant aux rebondissements à couper le souffle. Elle livre aussi une vraie réflexion sur l’humanité. Qui correspond vraiment à la définition de l’être humain ? Qui, au contraire, se comporte comme un animal ? La frontière est mince et l’apparence n’est pas toujours le meilleur indicateur de ces éléments comme on peut s’en rendre compte au fur et à mesure de notre lecture.

En Bref :Inhuman est un roman qui, autant par le fond que par la forme, a su me tenir en haleine et me charmer. J'ai aimé les personnages, j'ai eu peur, j'ai failli pleurer, j'ai ressenti des choses et c'est vraiment quelque chose que je cherche lorsque je me lance dans une histoire. Quant aux cents dernières pages, elles sont tout simplement impossibles à lâcher.
Kat Falls nous sert ici un récit qui amène à la réflexion. Je n'ai qu'un seul point négatif à soulever : le tome 2 ne sort pas avant longtemps.
5 / 5 5 / 5
©Chronique écrite par , le 07-04-2015

2
Poster un Commentaire

avatar
2 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
FloraMallou14 (The Notebook 14) Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Flora

EH BEH ! Je l'avais vu à sa sortie, mais il ne me disait trop rien, jusqu'à ce que je lise ta chronique, mouhahaha. BRAVO. Quelle bonne idée de transformer les hommes en animaux, ça m'intrigue vachement ! Et tant mieux si le triangle amoureux n'est pas ordinairement chiant. Bref, je note, je note.

Mallou14 (The Notebook 14)

Bon, il va falloir que je le lise impérativement au lieu de le laisser attendre dans ma biblio ^^ Je n'ai lu que de bonnes chroniques sur ce livre 🙂