Chronique
Izana, La Voleuse de visage
 Roman  Fantastique   Thriller   Adolescents 

La jeune Izana a toujours vécu cachée. Sa mère adoptive lui défend absolument de sortir dehors ou de se montrer à qui que ce soit. Elle nit cependant par briser un jour l’interdit et s’aventure dans les rues de la petite ville où elle vit. Quand elle croise une bande de gamins, elle tombe de haut Ils s’enfuient en hurlant de peur et la traitent de monstre. Elle comprend, horrifiée, ce qui cloche chez elle : son visage est tout simplement repoussant ! C’est que dans la région court une terrible légende : à l’issue de l’affrontement entre une sorcière d’une grande laideur et une prêtresse d’une grande beauté, la première a volé son apparence à la seconde. Tous les 43 ans, les nouveau-nés sont donc scrutés avec inquiétude – toute fille au visage disgracieux doit être tuée à la naissance pour ne pas porter malheur aux habitants. Cette légende est d’ailleurs le thème d’une pièce de théâtre qui se joue chaque année. Cet été-là, Izana découvre pour la première fois, dans le rôle de la prêtresse, sa propre cousine. Née la même année qu’elle, Namiko a été épargnée grâce à sa beauté extraordinaire...
, 18-05-2017 317 pages / 15 €

Lorsque Chigusa est appelée chez les Tsuki pour une naissance, elle est surprise d’y trouver Kazura, une jeune vagabonde. L’enfant qui naît est d’une laideur repoussante et selon une vieille légende, elle doit être assassinée sur-le-champ sous peine de grand malheur pour le village tout entier.
Mais Chigusa refuse cette tradition dépassée et cache le bébé. Ainsi, Izana vit depuis toujours entre les quatre murs de la maison de sa bienfaitrice. En grandissant, la petite fille développe une curiosité pour le monde extérieur dont elle ne connaît rien et son envie de sortir se fait de plus en plus pressante.

Étant une immense fan de Kasane chez Ki-Oon Éditions, je ne pouvais pas passer à côté de ce roman qui revient sur les origines de la mère de cette héroïne hors du commun. On y découvre donc la jeune Izana, mais je vous rassure, ce livre peut parfaitement se lire indépendamment du manga.

Izana vit dans un premier temps en totale autarcie sous la surveillance de Chigusa, sa bienfaitrice. Pour s’évader, elle se plonge dans la lecture et s’imagine sous les traits d’une princesse en détresse. Mais la petite fille est laide et n’a malheureusement pas conscience de son visage déformé qui fait qu’elle est enfermée chez elle.

Daruma Matsuura revient donc aux origines des pouvoirs d’Izana et de Kasane et nous offre l’histoire d’une superstition cruelle qui sévit dans un petit village japonais. Ces croyances sont monnaie courante dans la campagne japonaise qui garde un rapport très important avec les légendes. Celle de ce roman perdure depuis des millénaires et pousse les gens à se débarrasser des enfants laids qui naissent lors des années du cheval de feu.

Pourtant, Izana n’est pas une petite fille mauvaise et maléfique. On apprécie l’enfant au fil des pages et on comprend la jeune femme amère qu’elle devient. Car Izana finit par être confrontée aux autres et découvre qu’elle est loin d’être la princesse rêvée de ses romans, pire, elle en serait la sorcière. J’ai ressenti beaucoup de tristesse pour cette héroïne solitaire qui n’a pas la possibilité de trouver une place dans la société.
On s’attache également à deux autres personnages : Chigusa et Kingo ; la sauveuse d’Izana et un petit garçon rejeté par sa famille, car né hors mariage. Pour les lecteurs de Kasane, ils découvriront donc aussi le passé de Kingo !

L’intrigue, quant à elle, avance vite et efficacement à l’image d’un bon thriller psychologique. On a l’impression de lire un conte ou la retranscription d’un mythe, ce qui donne une belle particularité au récit. Malgré le point de vue interne, le texte possède donc un petit côté lyrique et théâtral qu’on retrouve souvent dans les romans japonais, mais qui offre ici une véritable saveur à l’histoire.

En Bref :Suspens, personnages attachants et ambiance pesante sont au rendez-vous dans Izana de Daruma Matsuura. Plus qu’un préquel au manga Kasane, c’est surtout une histoire à part entière qu’il est difficile de lâcher une fois commencée.
5 / 5 5 / 5
©Chronique écrite par , le 15-06-2017

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz