Chronique
La gueule du loup
 Roman  Contemporain   Thriller   Adolescents 
À 18 ans, le bac en poche et des projets plein la tête, Mathilde et Lou partent à Madagascar pour des vacances de rêve, dans « un paysage de carte postale ». Mais le voyage qui s’offre à elles n’aura rien de l’idylle insulaire qu’elles imaginent…
Du monde bruissant des contes de l’enfance aux clameurs froides des ténèbres adultes, les deux amies vivront une expérience terrible – de celles qui laissent des traces pour toujours.
, 27-08-2014 232 pages / 15.5 €

Lou et Mathilde viennent de passer leur bac, pour fêter ça, elles ont décidé de partir à Madagascar pour des vacances au soleil. Alors que tout se déroule relativement bien malgré la tension apparente entre les deux jeunes femmes ; les vacances de rêves vont se transformer en véritable cauchemar dès qu’elles vont croiser le chemin d’un homme : le Tatoué aussi violent qu’effrayant.

J’ai découvert la plume de Marion Brunet avec l’excellent Frangine, puis avec l’Ogre au pull vert moutarde – plus tourné jeunesse mais très mignon. J’attendais donc beaucoup de cette lecture et j’en ressors un peu déçue.

J’ai tout d’abord eu un peu de mal avec les personnages principaux. D’un côté il y a Lou, une jeune fille discrète qui se laisse dominer par la personnalité pétillante et exubérante de son amie Mathilde. Lorsqu’elle tente de s’imposer ce n’est que timidement et au final, je l’ai trouvée fade et un peu énervante. À quoi bon se plaindre sans cesse de la situation si au final elle n’est pas capable de prendre des décisions ?

De l’autre côté, il y a Mathilde qui m’a sérieusement tapé sur les nerfs dès le début. Très impulsive, Mathilde ne réfléchit quasiment jamais à ses actes et elle a une personnalité que je tente de fuir dans ma vie : elle est « trop » tout le temps. Le « too much » a l’état pur, ça ne me branche vraiment pas.

Au final, il n’y a pas de demi mesure chez Lou et Mathilde. Je n’oubli pas que ce sont des jeunes filles au sortir de l’adolescence, ce qui pourrait expliquer l’insouciance et l’inconscience qui s’en dégage, mais ça ne change pas mon ressenti…

Bien entendu il y a des personnages secondaires, notamment une jeune femme, dont je ne vous parlerai pas pour garder un peu de suspens, mais c’est elle qui a retenu toute mon affection.

L’histoire, quant à elle, a contrebalancé mon désintérêt des personnages. Marion Brunet ne nous fait pas seulement imaginer, elle nous plonge dans son récit, elle nous fait vivre cette course poursuite haletante dans la touffeur de Madagascar. J’ai été à nouveau séduite par l’écriture franche et réaliste de l’auteure. C’est ce qui m’a permis de me plonger dans ce roman.

Malgré tout, la fin m’a déçue. Je l’ai trouvée trop brusque, trop simple. Et le message transmis m’a semblé basique. Il pourrait se résumer par : pour grandir et se découvrir soi-même il faut vivre des épreuves et survivre – sauf si je n’ai rien compris. Connaissant les messages forts et percutants de la collection Exprim’, je ne l’ai pas trouvé à la hauteur de ce que j’attendais.

En Bref :L’écriture de Marion Brunet est toujours aussi fraîche et réaliste. J’ai adoré m’y plonger et découvrir cette chasse à l’homme angoissante au rythme effréné.
Malheureusement le bas blesse au niveau de Lou et Mathilde qui sont très énervantes en raison d’un manque de demi mesure dans leurs caractères. J’ai aussi été déçue par le message que j’ai vu émerger à la fin et qui ne m’a pas marquée.
3 / 5 3 / 5

Ce livre a fait l’objet d’une lecture commune avec Héloïse du Mot Rose : Sa chaîne Youtube.

©Chronique écrite par , le 30-10-2014

3
Poster un Commentaire

avatar
3 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
Bouchon des boishylyirioNinouille en rêves Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Bouchon des bois

ERF. Tu m'fais peur ! Je dois absolument le lire ce mois-ci, et j'y vais franchement, franchement à reculons…

hylyirio

voilà un livre qui ne me tente pas trop 🙁
je passe mon tour
bonne soirée

Ninouille en rêves

Dommage que tu n'ai pas plus aimé. En même temps je comprends que le comportement des deux filles aient pu t'énerver, moi ça ne m'a pas vraiment marqué…