Chronique
La Mélodie du Destin, Tome 1 : Larmes
 Roman  Historique   Romance   Adultes 
Dans le comté de Berkeley en Caroline du Sud au milieu de l’année 1820, Angelique Beckett va faire une rencontre qui va bouleverser sa vie et celle de sa famille. L’indomptable demoiselle, habituée à la liberté campagnarde découvre qu’il existe d’autres mondes que le sien. La riche et noble famille britannique des Darcy de Hasbury fait une entrée fracassante dans son existence et, surtout, dans son coeur. Elle, qui a un lourd passé, va interpeller les nouveaux arrivants et, chacun à leur manière, ils vont lui montrer qu’elle est plus que ce qu’elle paraît être… et qu’elle a aussi droit au bonheur. Son présent et son avenir se jouent alors, pour le meilleur ou pour le pire ?
, 10-02-2014 396 pages / 18.99 €

Je vais commencer par souligner le fait que ce roman est le premier écrit et publié par Amandine Weber. Contrairement à d’habitude, ma chronique sera donc soft et je n’utiliserai pas les gifs habituels car je comprends qu’un jeune auteur soit plus maladroit qu’un auteur aguerri.

Nous nous plongeons dans l’histoire d’Angélique, une jeune femme qui vit dans sa famille en Caroline du Sud au XIXème siècle. Harcelée par sa mère, qui désire plus que tout mettre en avant Georgiana (la sœur aînée d’Angélique), mais aimée par son frère et son père ; Angélique tente de vivre une vie paisible. Jusqu’au jour où un accident de cheval, impliquant le dur et froid Lord Darcy de Hasbury, va l’aliter pendant des jours dans la demeure familiale de ce dernier. A partir de là toute son existence va être chamboulée.

J’ai d’abord été gênée par le personnage d’Angélique, la jeune femme est dans un perpétuel excès – de joie, de colère ou de tristesse. On ressent qu’elle est fragile, ce qui explique en partie son attitude, mais j’ai eu beaucoup de mal à m’attacher à elle car son comportement m’a gênée. Elle m’a parue fatigante, voir désagréable, et vu que tout tourne autour d’elle il n’a pas été facile de me dégager de cette mauvaise impression.
Les autres personnages m’ont laissée de marbre. Chacun à une personnalité qui m’a parue trop blanche ou trop noire. Les nuances ne sont pas assez présentes ; ce qui a tendance à les rendre très caricaturaux. Le seul qui ressort un peu du lot est Lord Darcy, dont l’attitude tire vers le gris, mais dont on comprend bien trop vite qu’il est bon et gentil.
J’ai d’ailleurs été perdue par la foison de personnages qui se croisent à certains moments. Ayant eu du mal à retenir leurs noms je n’arrivai pas à vraiment tout resituer, même en refermant le livre certains individus me paraissent toujours dans le flou comme le Colonel Butler et Genth.

L’histoire, quant à elle, ne m’a pas globalement emballée. J’ai bien vite vu qu’Amandine adoptait un angle très psychologique, et que ce roman allait se concentrer presque exclusivement sur les différentes évolutions des personnages. L’action est peu présente et lorsqu’elle y est, je l’ai trouvée comme ajoutée dans le texte, presque malvenue, au point que certaines scènes m’ont parues presque vides de sens.

J’ai également eu du mal à visualiser l’espace. Le roman se passe en Caroline du Sud mais j’avais tendance à imaginer l’Angleterre Austenienne dont Amandine s’est inspirée. J’ai d’ailleurs remarqué quelques anachronismes, notamment un lorsque l’auteure parle de « château » alors que ces derniers n’ont jamais existés aux Etats Unis et surtout pas en 1820 (Oui je l’avoue je suis restée longtemps bloquée sur ça…). Il y a aussi une remarque sur le tutoiement, or, les personnages parlent anglais (selon toute logique) et la notion de tutoiement / vouvoiement est inexistante dans cette langue.

L’écriture est maladroite, souvent répétitive. Le fait d’avoir voulu calquer un style du XIXème siècle a soulevé beaucoup de ces problèmes et ajouté une lourdeur qui aurait pu être évitée, je pense, si Amandine avait écrit dans un style plus simple. Les nombreuses négations en « point » et « guère » m’ont particulièrement gênée dès les premières pages et j’aurai nettement préféré des négations simples pour une lecture plus fluide.

Tous ces éléments ont donc considérablement affaibli mon rythme de lecture (il m’a fallu un mois complet pour en venir à bout ce qui est très rare à part pour des romans comme Game of Thrones ou Crime et Châtiments). Le point positif dans La Mélodie du Destin revient au final du roman qui m’a beaucoup surprise car il ne glisse pas vers la facilité et laisse présager une suite intéressante.

En Bref :Un roman maladroit et qui ne me paraît pas totalement aboutit. La Mélodie du Destin aurait peut être mérité, à mon sens, plus de travail avant sa publication pour le mettre mieux en valeur. Cette romance historique ne m’a donc pas plu et j’y ai trouvé beaucoup de points négatifs.
Malgré tout je reste consciente que c’est le travail d’une jeune auteure et que, pour un premier roman, je remarque que l’idée est bien présente. Cette dernière aurait juste besoin d’une amélioration et de plus de cohérence dans le texte.
1 / 5 1 / 5
©Chronique écrite par , le 08-04-2014

6
Poster un Commentaire

avatar
6 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
Jess SwannManon S.RYezahel DéambulationPriscilafantasy Books Addict Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Jess Swann

Je viens de finir le tome 2, j'espérai qu'il serait mieux que le premier mais j'ai encore moins aimé… Personnellement, j'ai trouvé le personnage d'Angélique insupportable et ça m'a gâché toute ma lecture, dommage qu'il n'y ait pas eu plus de travail sur ce roman, il y a de bonnes idées mais je me demande que sont devenues les corrections éditoriales….

Manon S.R

Malgré ton avis je vais tenter l'expérience .. Et voir ce que ça donne ^^

Yezahel Déambulation

Arf c'est bien dommage. En lisant le résumé je me suis dis que j'allais l'ajouter à ma liste de livres pour mes challenges… mais finalement je pense choisir autre chose.

Priscila

La couverture est sublime mais ce n'est pas mon genre préféré et ta note n'arrange rien ! ^^"

fantasy Books Addict

Oh mince il me tentait bien !