Chronique
La Passe-Miroir, Tome 1 : Les Fiancés de l’Hiver
 Roman  Fantasy   Adolescents 
Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.
, 06-06-2013 528 pages / 18 €

Lauréat du concours roman Jeunesse chez Gallimard parmi plus de 1362 manuscrits, j’ai beaucoup entendu parler de La Passe Miroir dès sa sortie et j’avais très envie de le découvrir à mon tour. C’est chose faîte, et je ne regrette pas un instant d’avoir pris le temps de m’y plonger.

Ce roman nous emmène tout droit dans un univers fantastique et original. Suite à une fracture du monde, la terre est divisée en arches indépendantes les unes des autres. Ophélie vit sur l’une d’entre elles : Anima. Un lieu où les maisons semblent prendre les émotions de leurs propriétaires et où les objets prennent vie, à l’image de l’écharpe d’Ophélie qui se comporte comme un animal de compagnie. Ophélie, comme la plupart des membres de sa famille, possède des pouvoirs : elle est une liseuse. C’est-à-dire qu’en touchant les objets elle peut remonter dans son passé et en découvrir tous les secrets. Mais elle a également la capacité de passer à travers les miroirs d’un point à un autre à la condition que ce dernier ait déjà enregistré une fois son image.

La jeune femme, conservatrice de musée, est timide, maladroite et renfermée et, au grand dam de sa famille, elle repousse tous les prétendants qu’on lui propose. Ophélie ne s’intéresse pas à la vie amoureuse, mais lorsqu’on lui apprend qu’on lui a trouvé un nouveau fiancé provenant du Nord, elle ne peut pas reculer encore une fois. Elle est donc dans l’obligation de se plier à la volonté de sa famille, mais aussi des doyennes d’Anima qui ont autorité sur les habitants. Ses fiançailles vont l’amener bien loin de chez elle : au Pôle. Accompagnée de sa tante, Roseline elle va découvrir la Citacielle, un endroit glacial, mais féérique où plusieurs clans ennemis se livrent une bataille sans fin. Ophélie va devoir apprendre à vivre et survivre dans ce lieu hostile et faire face à une belle-famille sans pitié.

Ophélie est un personnage qu’on apprécie dès le début du roman, sa maladresse et ses attitudes la rendent instantanément attachante. Quant à sa famille, elle est décrite avec une tendresse étonnante et l’on ne peut qu’avoir de la sympathie pour Roseline et ses manières un peu bourrues.
Les autres protagonistes que l’on découvre sont complexes. Thorn et sa tante Berenilde ont deux fortes personnalités et l’auteur a réussi à me faire alterner entre l’affection et l’aversion pour eux. Cependant, Thorn devient très attachant au fil des pages malgré son aspect très antipathique, on décèle des failles et on veut en savoir plus…

Le point fort de ce roman est sans aucun doute l’univers que Christelle Dabos a su mettre en place. J’ai été fascinée par l’imagination singulière qui découle de ces pages et on ne peut que s’enivrer des décors époustouflants. J’ai par ailleurs souvent pensé au Château Ambulant de Hayao Miyazaki en lisant les descriptions. Ce monde fantastique au petit côté vieillot est très semblable au dessin animé japonais.

L’intrigue, quant à elle, est menée avec brio. Les mystères se résolvent peu à peu, mais en induisent systématiquement de nouveaux. On reste dans un perpétuel brouillard qui n’a rien de désagréable. Si le début peut paraître un peu lent, j’ai malgré tout été emportée par ce roman qui joue sur les apparences. L’écriture travaillée se déguste et on ressort marqué à jamais par cet univers, les personnages et l’histoire. On n’a plus qu’une hâte en refermant ce livre : dévorer la suite le plus vite possible.

En Bref :La Passe Miroir est un coup de cœur masqué. En le terminant, je n’étais pas sûre de ce que je ressentais pour ce roman, et plus j’y ai réfléchi, plus j’ai compris qu’il avait réussi à me toucher et me marquer de façon permanente. J'ai découvert ici un monde étonnant, singulier et différent de tout ce que je connaissais et j’ai adoré. Ce livre est une merveille de poésie, à l'univers somptueux et aux personnages irrésistiblement attachants qu'il faut lire sans attendre.
Coup de coeur Coup de coeur

Lu en lecture commune avec Phebusa et Bouchon des Bois.
Chronique publiée à l’origine le 21 janvier 2014.

©Chronique écrite par , le 16-01-2017

Poster un Commentaire

31 Commentaires sur "La Passe-Miroir, Tome 1 : Les Fiancés de l’Hiver"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
wpDiscuz