Chronique
Le Pouvoir
 Roman  Dystopie   Adultes 
ET SI LES FEMMES PRENAIENT ENFIN LE
POUVOIR DANS LE MONDE ENTIER ?

Aux quatre coins du monde, les femmes
découvrent qu'elles détiennent le "pouvoir".

Du bout des doigts, elles peuvent infliger
une douleur fulgurante - et même la mort.

Soudain, les hommes comprennent
qu'ils deviennent le "sexe faible".

Mais jusqu'où iront les femmes
pour imposer ce nouvel ordre ?
, 03-01-2018 400 pages / 21.5 €

Tout se déclenche avec un certain naturel : un jour, les jeunes filles développent un pouvoir électrique puissant qui réside dans un organe placé vers la clavicule : le fuseau. Cette nouvelle capacité fait peur, notamment car il peut s’avérer mortel. Et pourtant le monde découvre qu’il peut se transmettre aux femmes plus âgées, certaines deviennent ainsi puissantes et n’hésite pas à se servir de ce pouvoir pour se défendre. Les rapports de force se renversent, permettant à celles qu’on appelait le sexe faible de se rebeller contre l’oppression patriarcale. Mais les femmes seront-elles de meilleures dirigeantes pour notre monde ?

L’autrice nous embarque dans un compte à rebours passionnant dont on connaît déjà l’aboutissement. Tout s’ouvre sur un échange de mails entre Neil de l’association des hommes écrivains (dont on remarquera que le nom complet – Neil Adam Armon – n’est autre qu’une anagramme de Naomi Alderman) et son amie Naomie à qui il propose la relecture de son roman historique. Commence donc une certaine forme de mise en abîme aux côtés de quatre personnages qui ont chacun un rôle important à jouer dans le renversement du patriarcat : d’Allie, qui fugue de sa famille d’accueil poussée par une étrange voie intérieure, Margot, la maire d’une petite ville américaine qui doit faire face au pouvoir de sa fille, Roxy, qui après avoir vu sa mère se faire assassiner décide de se venger. Au milieu de ces femmes se trouve un personnage masculin : Tunde qui, après avoir filmé un fait divers, devient reporter pour CNN et sillonne la planète pour observer les bouleversements causés par cette nouvelle puissance détenue par les femmes.

Au travers des ces quatre personnages et de leurs expériences, on prend conscience de la réaction des femmes et des hommes face à cette situation, les révolutions de celles qui vivent dans des régimes où les libertés manquent, la découverte de ce que ça fait de se sentir puissant quand on est une femme et d’avoir peur de simplement se promener un peu tard dans la rue quand on est un homme.

Naomi Alderman traite habilement de différents problèmes de société via la description de ce futur très proche de nos vies actuelles. Elle dénonce sans en faire trop le patriarcat, l’attitude des hommes vis-à-vis des femmes et fait réfléchir à travers plusieurs scènes marquantes. L’autrice nous amène finalement à une déduction simple : nous sommes avant tout des êtres humains, et chercher la vengeance risque de voir les mêmes erreurs se reproduire. À ce propos, on notera le magnifique exemple du journal télévisé qui ponctue habilement le récit et où les rôles s’échangent progressivement sans atteindre jamais une réelle égalité.
En faisant de l’utopie une dystopie, l’autrice nous montre aussi avec une certaine ironie l’hypocrisie du monde dans lequel nous vivons aujourd’hui. Nous avons peur des dystopies, mais ne sommes-nous pas déjà en train de la vivre ?

À travers le personnage d’Allie devenant Mère Ève, Naomi Alderman pose également la question de la religion. Elle reproduit par ailleurs quelques pans de l’histoire de Jésus et nous rappelle de manière discrète que les grandes religions monothéistes ne sont pas étrangères à la place actuelle de la femme.

Le Pouvoir est donc une magnifique critique de la société qui nous mène sur de nombreux chemins de réflexions tout en dévoilant une intrigue bien ficelée qui nous fait tourner les pages avec une réelle avidité. Naomi Alderman se pose en digne héritière des plus grands noms de la dystopie et notamment Margaret Atwood qui fut un soutien dans l’écriture de ce roman.

En Bref :Que vous soyez ou non féministe, Le Pouvoir est indéniablement à découvrir. C’est un roman foudroyant qui fait réfléchir sur la nature humaine et s’avère finalement un appel percutant à l’égalité des sexes.
5 / 5 5 / 5
©Chronique écrite par , le 05-05-2018

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
marianne Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
marianne
marianne

Un roman que j’ai lu en prenant mon temps car très riche en réflexions !
(Toujours un plaisir de lire tes chroniques !)