Chronique
Le roi des fauves
 Roman  Fantasy   Adolescents   Adultes 
Poussés par une famine sans précédent, trois amis, Kaya, Ivar et Oswald, prennent le risque de braconner sur les terres de leur seigneur, mais son fils les surprend. Au terme d’une lutte acharnée, ils laissent le noble pour mort.
Capturés et jugés pour tentative de meurtre, les trois amis sont condamnés à ingérer un parasite qui va les transformer en « berserkirs ».
Au bout de sept jours de lente métamorphose, ils seront devenus des hommes-bêtes, et leur raison s’abîmera dans une rage inextinguible. Le temps de cette transformation, ils sont enfermés dans Hadarfell, un ancien royaume abandonné, dont le passé et l’histoire ont été engloutis par le temps…
, 21-05-2015 352 pages / 16.9 €

Trop de temps a passé sans qu’Ivar, Kaya et Oswald puissent se nourrir. La famine qui s’est installée dans leur village est sans précédents. Les trois amis prennent alors la lourde décision d’aller chasser sur les terres du Jarl. Cette pratique interdite, considérée comme du braconnage, peut les mener au gibet mais la faim est trop forte.

Quand le fils du Jarl les surprend, tout dérape, les trois amis seront capturés et condamnés à ingérer le lehring, un parasite qui les transformera en terrible Berserkir…
Rapidement, le roman nous plonge au cœur de l’action et de ce monde aux accents nordiques. Le background est toutefois peu explicité, on ne sait pas grand chose de la vie d’Ivar et ses amis mais au final, cela n’empêche pas de se plonger pleinement dans l’histoire et de saisir cette ambiance glaciale empreinte d’une bonne dose de magie.
L’univers dépeint est en effet plein d’une violence à laquelle les personnages ne sont pas forcément prêts à se confronter. Dès la prise du Lehring, Ivar, Kaya, Oswald et les autres condamnés vont commencer à se transformer en bêtes assoiffées de sang. La mutation est brutale mais Ivar ne veut pas devenir un Berserkir : une créature mi-homme, mi-animale, ayant perdu toute notion d’intelligence.

Le jeune homme tient à son humanité et il va tout faire pour se sauver lui et ses deux amis de toujours. Pour ça, ils vont devoir partir en quête du Roi des Fauves qui leur a promis, durant une étrange vision collective, de les sauver.

Aurélie Wellenstein reprend donc le mythe des Berserkir (ou Berserker), qui sont dans la mythologie nordique des guerriers fauves surpuissants « qui entrent dans une fureur sacrée (en vieux norrois berserksgangr, « marche, allure du guerrier-fauve ») les rendant surpuissants et capables des plus invraisemblables exploits. » (Quote Wikipédia).

Ici, la transformation est progressive et la lutte d’Ivar très addictive : parviendra t’il à lutter contre l’instinct bestial qui tente de prendre le pas sur lui ? D’autres questions se posent également au cours de l’histoire, mais je ne vous en dirai rien pour garder le suspens.

L’auteure parvient également parfaitement à nous plonger dans la psychée des personnages qui en deviennent troublants de réalité et qui, de par leurs nombreux défauts, sont très humains. J’ai par ailleurs beaucoup aimé Ivar et Oswald, même si ce dernier est peu développé, mais ait eu envie de donner des claques à Kaya. Au final, j’ai vraiment adoré cette partie psychologique du roman, les doutes, les peurs, les angoisses de nos trois protagonistes sont vraiment prenantes.

Le Roi des Fauves est un roman court mais suffisamment dense et bien travaillé pour nous faire vivre une excellente aventure de fantasy. Scrineo sait décidemment bien choisir ses ouvrages qui sont aussi audacieux que passionnants.

En Bref :Le Roi des Fauves est un roman qui nous plonge subtilement dans la psychologie des personnages tout en nous offrant un univers novateur alliant cruauté et mythologie. L’écriture d’Aurélie Wellenstein est superbe et irrésistible.
Ce one shot est à dévorer sans retenue pour tous les amoureux de fantasy ou pour les curieux !
5 / 5 5 / 5
©Chronique écrite par , le 12-08-2015

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Le roi des fauves"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Lucile

La couverture est magnifique! C'est un one shot et ta chronique donne envie, que demander de plus ? Merci pour la découverte !

Les Lectures de Doris

Il a l'air super bien! Allez, ajouté à la WL!

Livresse des Mots

Ah oui il faut que je le lise celui-là !! Je vais essayer de lui trouver un peu de temps parce que tu me tentes complètement !

Alexia Hocquet

Merci pour cet avis! 🙂
Et hop, un nouveau livre dans ma wishlist Amazon 😀

wpDiscuz