Chronique
Le tueur d’écume
 Roman  Fantastique   Thriller   Adolescents   Pré-ados 
Dans le Pacifique, surgissant de murs d’écume, un supertanker fantôme éperonne des voiliers jusqu’à les couler. Skipper rescapé par miracle, à la tête d’une grande fortune, Cliff décide de partir à la recherche de ce mystérieux vaisseau qui a tué son meilleur ami.
Il recrute Amber, une Indienne « médium », un équipage prêt à tout, et arme un bateau truffé d’armes et de radars.
Commence alors une traque où les vivants vont lutter contre d’insoupçonnables forces…
, 07-10-2015 256 pages / 11.9 €

Cliff vient de faire naufrage dans des circonstances terribles et a perdu son coéquipier. Mais lorsque les inspecteurs l’interrogent sur l’île de Wake, tous sont sceptiques. Contrairement aux allégations de Cliff : aucun cargo, encore moins un de taille anormale, n’a été repéré par les radars là où il naviguait.

Argill, un avocat mandaté par un riche homme d’affaire va, dans le même temps, engager Amber, une amérindienne de la tribu Salish aux pouvoirs mystérieux. Elle inclura l’équipe partant à la recherche de l’immense cargo meurtrier. Amber va accepter, à ses risques et périls…

Véritable course poursuite sur fond de thriller et enquête paranormale, Le tueur d’écume nous emmène voguer sur l’océan et nous en fait ressentir toute la dangerosité. On se prend rapidement au jeu de l’enquête : d’où vient ce gigantesque boat killer ? Quel est son but ?

L’équipage constitué d’Amber, Cliff, Argill, ainsi que du capitaine Karras et d’Eddie, son second, n’est pas au bout de ses surprises et va vivre des aventures aussi mystérieuses que passionnantes.

Michel Honaker nous fait rapidement aborder la dimension fantastique, notamment grâce au don d’Amber, mais il va plus loin et nous mène sur le chemin de l’angoisse, voir de l’horreur – pour la jeunesse entendons nous bien, on est dans de l’horreur type Chair de Poule.

On touche légèrement aux légendes maritimes avec l’histoire du supertanker qui ne semble voguer que pour le goût du meurtre, c’est prenant et on a vraiment envie d’en savoir plus tout le long.

Dans cette courte aventure maritime, le rythme est bien mené, on ne s’ennuie pas et de multiples scènes d’actions s’enchaînent sans être pour autant répétitives.

Au delà de la forme, j’ai toutefois regretté un certain manque de fond. Bien sûr, Michel Honaker nous amène à réfléchir sur l’amour, qu’il soit filial, amical ou pour un conjoint, mais j’ai trouvé que cela restait très en surface.
Finalement, je crois que j’ai surtout été gênée par la romance qui ne me semble pas avoir sa place dans ce récit. Elle m’a vraiment parue ajoutée, peu naturelle, et j’aurai préféré qu’elle n’existe pas du tout.

Cela a par ailleurs influencé ma relation avec les personnages. On suit essentiellement Amber et Cliff et je ne me suis pas beaucoup attachée à eux, je ne les ai considéré que comme des rouages de l’histoire sans réelle présence face à l’enquête sur le supertanker.

Le réel personnage principal dans ce roman c’est bien lui, ce terrible bateau, accompagné de l’océan et ses embruns.

Je ne pense pas qu’un lecteur d’une dizaine d’années s’arrêtera sur le détail de la romance, il profitera je pense, de l’enquête et de l’action pour passer un agréable moment et ça me paraît être l’essentiel.

En Bref :Cette aventure maritime au rythme palpitant séduira certainement les lecteurs entre 10 et 12 ans. Pour ma part, je l’ai apprécié mais je lui reproche un petit manque de fond et une romance qui m’a parue trop peu naturelle, voir inutile à l’intrigue. J’ai tout de même apprécié la dimension fantastique de l’histoire et l’enquête haletante à propos de ce mystérieux boat killer.
4 / 5 4 / 5
©Chronique écrite par , le 12-01-2016

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
Valentine Pumpkins Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Valentine Pumpkins

Cela fait bien longtemps que je n'ai pas lu un ouvrage avec une horreur du type de Chair de Poule (depuis mon mémoire en fait, que j'ai fait sur cette collection !), ce titre m'attire donc pas mal 🙂 Merci pour la découverte, je n'en avais jamais entendu parler.