Chronique
L’élite, Tome 1 : Résilience
 Roman  Dystopie   Science-Fiction   Adolescents 
La Terre ne ressemble plus à la planète sur laquelle nous vivons. Les Sept Guerres en ont détruit la quasi-totalité et les hommes essaient de la reconstruire. C’est dans cet environnement que vie Cia et sa famille. A 16 ans, la majorité des adolescents doit trouver un travail. Les autres, l’Elite, sont choisis pour le Testing. L’épreuve suprême. Un test ultime qui promet l’entrée à l’université pour les gagnants. Ou plutôt pour les survivants… Cia a été choisie. Et elle va rapidement comprendre qu’elle ne peut faire confiance à personne.
, 14-05-2014 312 pages / 13.9 €

Malencia Vale, appelée Cia par ses proches, vit aux Cinq Lacs, une des colonies restante sur la surface de la terre après une terrible guerre qui aura dévasté le monde. Lorsqu’elle est choisie pour passer le Test servant à désigner les futurs membres de l’élite de la société, sa joie est immense, son rêve se réalise enfin. Pourtant, son père va la mettre en garde contre des dangers qu’elle n’aurait jamais soupçonnés et l’inciter à ne faire confiance à personne. Si elle espère que son père a tort, elle va devoir rapidement prendre conscience que le Test est en fait une épreuve de survie. La compétition va faire rage, une compétition non plus uniquement pour entrer à l’université et devenir quelqu’un d’important, mais qui a la survie à la clé.

Lorsque j’étais tombée sur la chronique de Tari, j’avais vraiment complètement craqué. Ce livre avait l’air d’être la bombe dystopique de l’année et j’étais vraiment au taquet. En plus, bonheur suprême, Milan Macadam sortait ce roman quelques mois plus tard seulement ! Abreuvée par le book trailer que j’ai du regarder une bonne dizaine de fois, c’est avec impatience que je me suis lancée dans L’élite.

Cia est une jeune femme intelligente et inventive, on sait qu’elle a passé la quasi totalité de sa vie à espérer pouvoir faire ce fameux Test et ses capacités ne peuvent pas être dénigrées. Son évolution durant le Test est perceptible et elle fait preuve d’un grand courage et de beaucoup de malice, malgré une naïveté parfois un peu trop exacerbée. Je me suis attachée à elle car j’ai compris son besoin de se trouver un groupe, de leur faire confiance en dépit des avertissements de son père. J’espère que l’auteure va persévérer dans cette évolution positive sans en faire une Katniss bis.
En dehors de Cia, Tomas est un personnage récurrent de l’histoire, pour ne pas dire qu’il est le second personnage principal. Pourtant j’ai eu du mal à m’attacher à lui. Je m’en suis méfiée. Je l’ai trouvé faux, dérangeant et son histoire avec Cia ne m’a pas particulièrement touchée. Je ne vous dirais pas si j’ai eu raison ou non de m’en méfier. De toutes façons je ne sais toujours pas sur quel pied danser avec ce personnage à la fin du premier tome.

J’ai beaucoup aimé la tension que Joelle Charbonneau insère dans son livre. On ne sait jamais à qui se fier, on doute autant que Cia et, au fur et à mesure des chapitres, l’angoisse devient quasiment insoutenable. L’écriture de l’auteure est rythmée et les chapitres assez courts permettent de vraiment s’immerger dans cet univers basé sur la compétition. L’univers créé me plaît aussi beaucoup, bien qu’assez banal. J’aime l’idée du Test pour choisir qui entrera dans l’élite.
Je reprocherai seulement que certaines choses m’ont parues un peu trop facile. Surtout lors de l’avant dernière étape du test, celle en « grandeur nature » où Cia n’a aucun problèmes pour trouver à manger. Le fait qu’elle tombe plusieurs fois, sans chercher, sur des carottes, des oignons ou même une poule. Tout ça m’a semblé un peu tiré par les cheveux…
De plus beaucoup de questions ont été soulevées dans ce premier tome et restent sans réponses. J’espère fortement que le second tome révèlera certaines choses et sera tout aussi passionnant que celui ci !

En Bref :L’élite est un excellent roman qui vaut le coup pour les fans de dystopie. Si le fond de l’histoire n’est pas spécialement novateur, il n’en est pas moins addictif grâce à un rythme très soutenu et un personnage principal attachant. On ressent la tension et l’angoisse en même temps que Cia et on vibre avec elle au fil des pages.
J’espère que Joelle Charbonneau ne tombera pas dans la facilité qui est déjà sous jacente dans ce roman et qu’elle nous livrera un second tome à la hauteur, voir mieux que le premier. 
5 / 5 5 / 5
©Chronique écrite par , le 24-06-2014

9
Poster un Commentaire

avatar
9 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
totorosreviewsAnne-CEmilyTariLy Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
totorosreviews

beaucoup trop semblable aux autres livres du même genre pour moi, ça manque beaucoup d'originalité je trouve ^^

Anne-C

J'ai trooooooooop hâte de le commencer <3

Emily

Fan de dystopie ? C'est tout moi. Je note, je note. (comment voulez-vous que mes bonnes résolutions tiennent dans ces conditions ?!)

Tari

Le tome 2 est encore meilleur je trouve. Il pose les bases d'un tome 3 qui s'annonce explosif ! Je vais le lire bientôt, j'espère ne pas être déçue :3
C'est vrai que c'est pas très novateur comme dystopie, mais c'est efficace je trouve et c'est un bon mélange des ambiances de Hunger Games et de Divergent donc moi qui suis fan de ces deux sagas je ne peux qu'adhérer ! 😀

Ly

Il me tente bien ce roman! Même avant de lire ta chronique ^^