Chronique
Les petits orages
 Roman  Aventure   Contemporain   Adolescents 
Moses Laufer Victor Léonard a 16 ans, est boiteux, boutonneux, et habite le Dakota du Sud. Il y a un an, lui et sa mère ont eu un grave accident de voiture. Depuis, Moses a non seulement une patte folle mais également une rage qu’il ne contrôle pas et qu’il n’arrive pas à exprimer. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir des parents psys ! Un jour, au lycée, il rencontre Ratso, un Indien pétri lui aussi de secrets mais qui, à l’inverse de tous, ne le traite pas comme un pauvre handicapé à qui on pardonne tout. Ratso, qui a besoin de Moses pour aller rendre visite à sa sœur…
, 24-02-2016 278 pages / 16.5 €

Moses Laufer Victor est un adolescent de 16 ans dont la vie a basculé suite à un accident de voiture. Le garçon marche désormais avec des béquilles et est hanté par la vision de sa mère en fauteuil roulant ainsi que par le regard de son père plein de reproches silencieux. Rongé par la culpabilité et honteux des poussées d’acnés qui ravagent son visage, Moses tente de vivre dans l’ombre et ne discute qu’avec Colin, un autre élève du lycée avec lequel il échange des cartes de jeu.
Jusqu’au jour où un immense et imposant garçon lui rentre dedans : c’est Ratso, un indien de la réserve de Pine Ridge, nouvellement scolarisé. C’est là que commencent l’histoire d’amitié salvatrice et le voyage de Sticky Bear et Tige Brisée…

Car Ratso possède en lui le même type de blessure et une infinie tristesse qui fait écho à celle de Moses. Les deux adolescents se trouvent, se reconnaissent, savent qu’ils doivent avancer ensemble. Pour cela, Moses va accompagner Ratso à la réserve de Pine Ridge pour fêter l’anniversaire de la sœur de son ami. À bord d’une vieille Volvo, les quelques heures qui les séparent de la réserve se transforment en véritable road trip entre humour et introspection.

On accroche tout de suite au personnage de Moses, garçon fragile et profondément anéanti par l’accident qui lui aura coûté une jambe et la mobilité de sa mère. Je l’ai trouvé touchant et les sentiments qu’il ressent et décrit son étonnamment bien retranscrits.
Quant à Ratso, on sent une fêlure dans sa carapace de gros dur un peu bourru. Je ne m’y suis pas vraiment attachée, mais je l’ai tout de même apprécié.

On plonge donc dans une histoire d’amitié où les deux adolescents vont s’aider à affronter leurs démons mutuels. Marie Chartres nous dépeint aussi la triste réalité des Amérindiens dans les réserves, l’alcool, la pauvreté, les gangs et la violence. Elle met également le doigt sur le non-respect des traités entre les Blancs et les Indiens à qui l’on retire peu à peu leurs terres. Le terme Lakota pour désigner la communauté blanche est d’ailleurs criant de vérité : « Wasichu », ce qui signifie : « celui qui prend la meilleure viande pour lui ».
L’auteur pointe donc des réalités et ne s’embarrasse pas de faux semblants, c’est direct, c’est net et en plus elle nous fait voyager, en décrivant de façon très visuelle, les plaines Américaines et ses paysages majestueux.

J’ai aimé cette histoire poignante et réaliste qui nous livre des personnages ravagés trouvant la voie de la guérison ensemble. J’ai simplement deviné rapidement l’un des éléments de l’intrigue, mais ça n’aura pas suffi à gâcher ma lecture.

En Bref :Les petits orages est un beau récit d’amitié sur la reconstruction de soi. Marie Chartres nous offre un roman émouvant, au personnage principal attachant et parvient à faire émerger des thématiques toutes concentrées autour de la souffrance, sans jamais tomber dans le pathos.
4 / 5 4 / 5
©Chronique écrite par , le 29-06-2016

4
Poster un Commentaire

avatar
2 Comment threads
2 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
SaefielLéna BubiPauline Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Léna Bubi
Léna Bubi

Wahou, après ta chronique je n’ai qu’une envie : me ruer acheter ce roman pour le dévorer là, de suite^^’ 😀 ♥

Pauline

Quelle merveille, ce livre !!