Chronique
Les quatre gars
 Roman  Contemporain   Adolescents   Pré-ados 
Dans la famille, on est quatre gars – et des gars pas très cordiaux. Il y a mon papi, mon père, mon grand frère Yves et moi, 9 ans, Louis. On vit à Noirmoutier – on récolte du sel et on le vend sur le marché. La mer nous sale, nous nourrit, nous apaise et nous éblouit.
Chez nous, ça ne parle pas, ça rit peu. Il faut dire que les femmes sont parties une à une. Depuis, Papa vit comme un bernard-l’ermite dans sa coquille. Papi parle au fantôme de mamie quand il veut un avis sur la cuisson des crêpes. Yves, lui, est accro à la muscu.

Et moi? Ben, moi, j’aimerais bien croire que cette vie, on peut faire mieux que presque la vivre.
, 03-01-2018 192 pages / 15.5 €

Dans la famille Fradet, surnommée « Dégâts » à cause de leurs frasques en tout genre, trois générations d’hommes vivent ensemble. Il y a Pierre-Marie, le grand-père, Jean-Marie, le père et Yves-Marie et Louis-Marie, les deux fils. Depuis le départ sans explications de Marie, la mère dont le prénom semblait être un signe du destin, le petit Louis, 9 ans, observe cette famille dysfonctionnelle avec une certaine amertume quand il s’agit de son père. En effet, Jean ne parle quasiment plus et passe ses journées dans ses marais salants. Quant à Yves, le frère aîné de Louis, il ne pense qu’à son projet de rentrer dans l’armée – et aux filles. Ne reste que son grand-père pour mettre de la vie et un peu de bonheur dans leur foyer.

Claire Renaud nous amène donc à Noirmoutier, île de Vendée surpeuplée de touristes l’été, mais pleinement appréciée de ses habitants en saisons creuses. Avec Louis, on découvre un endroit hors du temps où la solidarité est de mise. Le petit garçon est souvent accompagné de ses deux meilleurs copains : Denis et Jules, toujours prêts pour plonger dans les farces et les bêtises.

Tous les personnages de cette histoire sont attachants de par leur fragilité, leurs failles et leurs défauts qui les rendent incroyablement humains. On ne peut qu’adorer Louis pour son humour, son regard souvent sans filtres sur ce qui l’entoure, mais aussi sa peine de ne pas parvenir à communiquer avec son père.
La relation qu’il entretient avec son grand-père est touchante, pleine de douceur et d’une belle harmonie. J’ai beaucoup apprécié ce duo très lumineux qui tente désespérément de briser la coque de sel qui s’est formée autour de Jean (le père).
J’ai aussi aimé Yves, l’ado sportif qui se déplace rarement sans sa basse-cour et roule des mécaniques. On découvre finalement le vrai Yves lorsqu’une fille résiste à son charme et qu’il décide de la draguer avec maladresse et sans beaucoup de succès.

Dans cet univers d’hommes, on ne trouve que deux femmes, quatre si on compte les absentes : Marie et Raymonde, dont Pierre est certain qu’elle envoie des signes depuis l’au-delà. Comme en écho au titre et à la famille de Louis, c’est autour de ces quatre femmes que gravite finalement le récit et grâce à elles que les personnages tendent à évoluer. Je ne vous en dis pas plus, car c’est au lecteur de découvrir le rôle de ces femmes et le lent réapprentissage de communication entre les « Dégâts ».

La plume de Claire Renaud magnifie le tout. Si on se demande quelquefois si un aussi jeune garçon peut avoir autant de vocabulaire, ça n’en perd pas pour autant en crédibilité. L’autrice nous fait découvrir la vie un peu rude de ces quatre gars un peu pommés. C’est souvent drôle, parfois triste et toujours doté d’une pointe de fraîcheur très agréable à lire.

En Bref :Il y a dans les Quatre Gars un petit air de la mer, le ton bourru des pêcheurs et la douceur des embruns. Sous le regard drôle et aiguisé de Louis, on observe la vie tout simplement, et c’est le genre de lecture optimiste qui fait du bien !
5 / 5 5 / 5
©Chronique écrite par , le 11-06-2018

Poster un Commentaire

avatar