Chronique
Les souliers de Mandela
 Roman  Contemporain   Adultes 
Lorsque Fleur Fontaine débarque en Afrique, c’est un être fané que le continent accueille. La jeune femme, qui a eu la chance de naître du bon côté de l’équateur, avance sur un fil de fer. Dans un pays en reconstruction, elle affronte ses propres territoires ravagés. Inspirée par le père de la nation sud-africaine, Nelson Mandela, elle apprivoise ce que l’on a oublié de lui transmettre; comment se reconstruire, comment pardonner. Mais pour marcher sur ce long chemin vers la liberté, les souliers de Mandela lui semblent de bien grosses pointures à chausser…
Pour son premier roman, l’auteure vous offre d’habiles dépaysements: un voyage en terre africaine, mais aussi, et surtout, un voyage intérieur. Car au contact de l’Autre, ne sommes-nous pas obligés de nous définir ?
, 04-06-2014 432 pages / 20.95 €

Fleur a 25 ans et suite à une très difficile rupture amoureuse elle a décidé de faire un stage de journalisme à l’autre bout du monde : en Afrique du Sud. C’est dans ce pays que tout oppose au Canada que Fleur va tenter de se reconstruire entre découvertes et amitiés, bonheur et difficultés de cette période post apartheid où les inégalités sont encore très flagrantes.

Je dois dire que je ne m’attendais pas à ça. Je pensais que Les souliers de Mandela aurait un côté léger, un air de vacances et de bonheur. Au contraire, on entre de plein fouet dans une histoire difficile puisque Fleur est complètement anéantie par sa rupture encore très récente. Si elle se fait des amis très rapidement ; beaucoup de choses la ramènent vers un passé qu’elle pensait parfait aux côtés de Gregory.

Pourtant, Fleur avance progressivement, elle réfléchit et surtout elle apprend à découvrir un pays et des personnalités qui sont bien différentes de tout ce qu’elle a pu côtoyer jusqu’ici. Les coutumes africaines, qui la laissent parfois perplexe, s’expliquent, elle apprend à aimer ce pays d’adoption et ces gens profondément accueillant qui tentent, la plupart du temps, de voir le positif malgré leurs situations parfois précaires.

cape-town Les souliers de Mandela
Cape Town

Fleur est un personnage agréable, très mélancolique. Au début j’ai eu un peu de mal à m’y attacher car je la trouvais un peu trop geignarde, mais finalement sa souffrance est palpable.

Bien que basé sur l’histoire de la jeune femme, je pense que le « personnage principal » de ce roman reste l’Afrique et les Africains, chacun amenant une histoire particulière. On découvre les terribles répercussions de l’apartheid qui, bien que terminé depuis quelques années, est encore présent dans les esprits. Mais ce qui est flagrant, c’est cette façon de vivre en communauté, on vit avec l’autre, à travers l’autre, contrairement aux populations des pays du Nord du globe où les gens sont très renfermés sur eux mêmes. Fleur apprend donc une toute autre manière de vivre et de communiquer qui ne peuvent que l’aider dans sa volonté de guérir de sa blessure amoureuse.

soweti-maisons Les souliers de Mandela
Township de Soweto

L’écriture de Eza Paventi est belle, humaine et on sent qu’elle se base sur sa propre expérience pour décrire l’Afrique du Sud. J’ai aimé découvrir ce pays qui m’est inconnu et dont je ne connais pas toute l’histoire. J’ai ainsi appris plusieurs choses sur l’apartheid tout en lisant tranquillement et ça c’est inestimable dans un roman. J’ai aussi pu me confronter à la grande pauvreté des township, voir la violence des rues de Johannesburg, la blancheur apparente de Cape Town, la joie, les histoires émouvantes de certains Africains…

illustration2 Les souliers de Mandela
Un exemple de dessin qu’on peut trouver dans le roman.

L’histoire en elle même ne m’a pas parue extraordinaire, c’est un voyage autant physique qu’intérieur qui permet à l’héroïne d’avancer dans sa vie. Une histoire sérieuse, parfois grave, dont se dégage pourtant une grande fluidité. Ce n’est pas novateur mais ça se lit bien et je me suis facilement plongée dedans.

J’ai aussi apprécié les quelques petites cartes et les petites notes dans les marges qui permettent une plus grande proximité avec l’héroïne et font découvrir le périple de Fleur de façon plus concrète.

En Bref :Je m’attendais à rire, finalement j’ai été assez émue par cette belle histoire de reconstruction, mais aussi, par la découverte d’un pays et d’une culture que je n’aurai probablement jamais la possibilité de côtoyer.
J’ai voyagé avec ce roman introspectif et la plume d’Eza Paventi est vraiment très sympathique et agréable à lire.
4 / 5 4 / 5
©Chronique écrite par , le 21-08-2014

4
Poster un Commentaire

avatar
4 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
Ninouille en rêvesLivre squementLyMarinette Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Ninouille en rêves

Il me tente beaucoup, et j'avais déjà entendu parler de son côté plus lourd que prévu.

Livre squement

J'aime beaucoup comme tu as illustré ta chronique avec des photos 🙂 Mise à part ça, tu me fais très envie avec ce livre. Je suis déjà allée en Afrique du Sud, et j'aime lire des livres qui se passent dans des endroits où j'ai déjà été. Rien qu'en lisant ta chronique, je me revois en voiture dans les rues de Johannesburg, ça me rappelle des souvenirs.

Ly

Ca à l'air super intéressant! Mais ça semble aussi une lecture assez lourde et en ce moment j'ai pas vraiment la tête à ça ^^'
Sinon, j'aime bien comment tu as fait ton article, toutes les petites photos :'D

Marinette

Une histoire qui m'a beaucoup touché. J'ai beaucoup aimé ce livre et découvrir l'Afrique de cette manière.