Chronique
Marquer les ombres, Tome 1
 Roman  Science-Fiction   Adolescents 
Dans une galaxie dominée par une fédération de neuf planètes, certains êtres possèdent un “don”, un pouvoir unique. Akos, de la pacifique nation de Thuvhé, et Cyra, soeur du tyran qui
gouverne les Shotet, sont de ceux-là. Mais leurs dons les rendent, eux plus que tout autre, à la fois puissants et vulnérables.
Tout dans leurs origines les oppose. Les obstacles entre leurs peuples, entre leurs familles, sont dangereux et insurmontables. Pourtant, pour survivre, ils doivent s’aider – ou décider de se détruire.
, 17-01-2017 464 pages / 17.95 €

Akos habite sur la planète Thuvé, son peuple est pacifique et vit en paix, ou presque. Derrière la barrière d’herbes plumes se trouve la nation Shotet, des guerriers qui rêvent de prendre le pouvoir. Lorsqu’Akos se retrouve parmi eux suite à un événement tragique, le jeune homme sait qu’il va devoir tout faire pour survivre et s’enfuir le moment venu. Il finira par faire la connaissance de Cyra, la sœur du tyran qui dirige les Shotet, tiraillée par un don aussi douloureux que dangereux. Et le duo pourrait bien avoir plus de points communs que ce qu’ils imaginaient en se rencontrant…

Je n’ai pas beaucoup apprécié Divergente à l’époque, mais j’étais curieuse de découvrir ce nouveau roman de Veronica Roth qui fait tant parler de lui. Malheureusement, ça ne m’a pas enthousiasmée.

L’univers est clairement estampillé science-fiction avec ses voyages dans l’espace et ses planètes toutes très différentes les unes des autres avec leurs propres coutumes et traditions. Pourtant, dès les premières pages, j’ai eu beaucoup de mal à accrocher. Tout est très confus, je n’ai pas réussi à bien saisir le monde et les détails qui composent la planète de Thuvé. Veronica Roth nous embrouille avec ses noms de plantes, les traditions, les prénoms aux drôles de sonorités… J’ai été particulièrement éprouvée par toutes ces fleurs avec des propriétés différentes. Honnêtement, la botanique c’est bien, mais on s’en lasse rapidement.

J’ai donc très vite décroché, d’autant plus que les descriptions sont souvent longues et pénibles à lire et ont tendance à couper le rythme. Ce dernier est très haché, voire lent, beaucoup trop lent. Les quelques passages d’actions n’ont pas réussi à me tenir en haleine. L’intrigue n’avance donc pas ou peu et couronner le tout, la plupart des dialogues manquent de spontanéité, on ne ressent pas vraiment la personnalité des personnages et c’est bien dommage.

Je n’ai d’ailleurs pas apprécié les deux protagonistes principaux : Akos et Cyra. Le premier est obsédé par sa volonté de fuir en sauvant son frère. La plupart de ses sentiments sont contradictoires, mais ça n’en fait pas un personnage profond pour autant. Je l’ai trouvé fade, sans saveur et ne l’ai définitivement pas aimé.
Il en est de même pour Cyra qui est un peu plus intéressante, mais pour laquelle je n’ai ressenti aucune forme d’attachement non plus. Elle a pourtant une certaine dualité et son don soulève quelques interrogations. Toutefois, encore une fois, ça ne va pas plus loin.

On comprend trop rapidement qu’une romance va se jouer entre eux. Cette histoire est aussi pénible à suivre que le reste du roman. C’est lent, niais, et ça manque cruellement d’humanité. Ils m’ont fait penser à deux robots se tournant autour.
Les personnages secondaires ne m’ont pas plus emballée que ça non plus. Le méchant dictateur ne m’a fait aucun effet, pas même le moindre frisson. Autant dire qu’il a le charisme d’une huître, et encore, c’est vraiment pas sympa pour les huîtres…

Finalement, j’ai eu énormément de mal avec ce nouveau roman de Veronica Roth, au point d’avoir souvent hésité à l’abandonner. L’intrigue ne m’a pas convaincue non plus. Tout est très mou et, même si j’ai apprécié la tentative d’originalité, (notamment avec les dons des habitants liés au flux) j’ai eu l’impression que l’auteur restait très en surface et n’abordait pas suffisamment ce qui aurait pu être prenant.

Concernant la problématique du racisme dans Marquer les Ombres, qui a beaucoup fait parler aux USA, ce n’est pas quelque chose qui m’a choquée. Je n’y ai peut-être pas fait attention durant ma lecture. Les descriptions physiques ne sont pas toujours très claires et je n’ai pas eu l’impression qu’un peuple était jugé supérieur à l’autre. Ceci dit, si la polémique vous intéresse, je vous invite à aller lire quelques articles sur le sujet sur internet afin de vous faire votre propre opinion !

En Bref :Manque de rythme, univers confus, descriptions pénibles et personnages sans aucun charisme sont les éléments principaux de Marquer les ombres. Ce n’est donc pas une grande réussite à mes yeux. Je n’ai rien aimé dans ce roman que j’ai failli abandonner plusieurs fois et une chose est désormais certaine : les livres de Veronica Roth ne sont pas ma tasse de thé.
1 / 5 1 / 5
©Chronique écrite par , le 30-01-2017

24
Poster un Commentaire

avatar
12 Comment threads
12 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
13 Comment authors
Al le fouZachanarielLe Chat du CheshireMinestronettetresormimi Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Al le fou
Al le fou

Je suis d accord je pense aussi que l histoire est trop previsible

Zachanariel

Eh bien, moi qui avais hâte de le lire, je ne vais sans doute pas le placer sur ma wishlist d’anniversaire au final ‘3’ Je voulais me réconcilier petit à petit avec la SF mais je ne pense pas que ce soit une bonne idée de le faire par le biais de ce livre, au final :/

Le Chat du Cheshire

Divergente a été un gros coup de cœur, et même si j’ai apprécié ma lecture de celui-ci, ce ne sera pas une lecture qui m’aura autant embarquée…. Mais à voir ce que donne la suite 🙂 !

Minestronette

Aie aie aie, bien que j’aie pour ma part beaucoup aimé Divergente, ta chronique me refroidit beaucoup et honnêtement, le résumé ne m’inspire pas trop…

tresormimi

interessant de lire un avis diametralement opposé. Je trouve ton point de vue bien détaillé et meme si pour moi le ressentit est proche du coup de coeur, j’ai aimé voir les aspects qui t’avaient déçu.