Chronique
Nos étoiles contraires
 Roman  Contemporain   Romance   Adolescents 
Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l'attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.
, 21-02-2013 330 pages / 16.9 €

Je suis tombée amoureuse pendant qu’il lisait, comme on s’endort: d’abord doucement puis tout d’un coup.

Les critiques élogieuses que je lisais depuis un certain temps sur la toile m’ont donné envie de lire ce livre rapidement, dès sa sortie. Il s’est avéré que je ne l’ai reçu qu’hier dans ma boîte aux lettres. Je l’ai commencé le soir, en ait lu la moitié, puis l’autre moitié aujourd’hui. A vrai dire je viens tout juste de le refermer et je suis encore un peu sous le choc, dans un genre de flottement. J’ai adhéré. Complètement du début à la fin. Je vais donc tenter de vous écrire un avis construit et sans spoiler comme d’habitude.

Dans Nos étoiles contraires, on passe du sourire aux larmes. John Green a su rendre amusante, voir même carrément drôle, une histoire qui aurait pu tomber dans le pathétique.
L’histoire et la plume de l’auteur sont simples mais elle nous donne une vraie leçon de vie. Certaines des chroniques que j’avais lues avant de faire mon achat parlaient d’une tendance vers le défaitisme, je ne l’ai même pas entre-aperçu… Ici j’ai vu un point de vue optimiste nous montrant que la maladie ne doit pas prendre le pas sur la vie. Que malgré tout, il faut continuer d’avancer, que l’on soit le malade ou un proche (Parents, amis…).

Hazel sait qu’elle est “une grenade dégoupillée” selon ses propres mots, et tente d’empêcher ses proches de souffrir le plus possible. Son cancer va la tuer c’est certain, mais elle ne sait pas quand. C’est elle qui raconte l’histoire d’une façon très belle et agréable.

Gus quand à lui a un ostéosarcome (cancer des os) en rémission depuis l’amputation d’une de ses jambes. Leur amour va naître rapidement suite à leur rencontre dans une réunion pour personnes malades et ils vont se découvrir un but commun. J‘ai adoré ces personnages et je trouve qu’ils sont très bien construits avec des personnalités définies et un humour léger et très agréable. Je garde quand même ma préférence pour Gus pour lequel mon affection a grandit au fil des pages. 

C’est le tout premier livre que je lis de John Green et ça m’a convaincue d’en lire d’autres. Ce livre m’aura même fait pleurer. Ca m’arrive d’être émue mais rarement de pleurer devant un livre…

En Bref :Evidemment c'est un énorme coup de coeur. Le plus gros que j'ai eu. Ce livre est tout simplement fabuleux.
Je n'aurais rien d'autre à ajouter à part le fait que vous devez le lire. Entre un Fifty Shades horriblement mal écrit avec une histoire naze et un Nos étoiles contraires avec une plume toute en délicatesse et une magnifique histoire d'amour ne perdez pas votre temps (et votre argent) à hésiter trop longtemps...
Coup de coeur Coup de coeur

Le ton du livre m’a beaucoup fait penser à Restless, un film de Gus Van Sant, du coup je vous le conseille également si vous avez aimé le livre ! (Cliquez sur le titre pour la bande annonce).

©Chronique écrite par , le 28-02-2013

Poster un Commentaire

21 Commentaires sur "Nos étoiles contraires"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
wpDiscuz