Chronique
Nous les enfants sauvages
 Roman  Science-Fiction   Adolescents 
Une fois la drôle de bête glissée dans son sac, Linka songea qu’elle allait peut-être s’attirer de gros ennuis. L’article 1 était explicite : toute personne en contact avec une vie non humaine devait l’éliminer. C’était ainsi depuis que l’épidémie de PIK3 avait décimé la population et provoqué l’abattage de tous les animaux du pays.

Non humaine, la bête l’était assurément, mais de quel animal s’agissait-il ? Même dans les vieux documentaires animaliers qu’on leur montrait à l’orphelinat, Linka n’avait jamais croisé ce drôle de poisson aérien qui changeait de forme à volonté. Elle l’avait appelée «Vive » et, malgré la surveillance constante dont elle faisait l’objet, la jeune fille était parvenue à la cacher.

Avec Vive à ses côtés, Linka se sentait étrangement plus forte et capable d’affronter les menaces qui l’entouraient : Mme Loubia et le professeur Singre, prêts à« reconditionner » Linka au moindre faux pas ; les Brigades vertes et les Fantassins, toujours à l’affût des déserteurs et des rebelles ; et ce mystérieux Docteur Fury, un vagabond qui cherchait à récupérer Vive…
, 02-09-2016 416 pages / 19.5 €

Linka, Oska et Milo vivent dans un orphelinat suite à une terrible épidémie véhiculée par les animaux et qui a tué une grande partie de la population. Depuis, les règles de vie sont très strictes, l’hygiène est irréprochable et le gouvernement lutte pour éradiquer les animaux encore présents sur le territoire.

Lorsque Linka découvre une drôle de bête qu’elle surnomme Vive, elle prend le risque de la garder avec elle. Mais sa vie va être considérablement modifiée par la présence de cette drôle de créature.

Alice de Poncheville nous plonge habilement dans un récit d’anticipation aux contours poétiques.
On y découvre Linka et sa petite sœur, Oska, qui ont une relation forte malgré la vie qu’elles mènent. En effet, l’orphelinat n’est pas le meilleur endroit pour se faire des copains ou passer du temps entre frères et sœurs. Les enfants suivent des emplois du temps strictes sous l’hégémonie de Mme Loubia, terrible directrice qui ne supporte pas qu’on s’oppose à elle.
Aux côtés des deux fillettes, il y a Milo, un jeune garçon qui a les faveurs de la directrice et tente d’en faire profiter ses deux amies.

Les trois enfants évoluent au fil des pages et sont confrontés aux limbes du passé, qu’il soit personnel ou collectif. En assemblant les pièces du puzzle, ils en viennent à se poser des questions et se construire des opinions pourtant refrénées par la société qui ne voit en ces orphelins que des parias. Cela nous permet aussi de comprendre les événements et les causes de l’épidémie.

J’ai aimé cette lente évolution dans le comportement et les réflexions des personnages. Leurs doutes, mais aussi l’apparition de certaines certitudes. Si Vive est un élément déclencheur et une cristallisation de la liberté de pensée, la petite créature devient aussi une entité qu’on se surprend à apprécier autant que nos jeunes héros.

Malheureusement, le rythme de l’histoire est très lent et l’envolée que j’attendais ne s’est jamais produite. L’auteur nous offre avant tout un récit de réflexion avec des thèmes courants et actuels (la sauvegarde de la planète, la façon dont nous traitons les animaux – en particulier dans les élevages, les conséquences de nos manières de vivre sur le futur…). Le tout est habilement mélangé à un roman d’initiation et d’apprentissage.

Linka, Milo et Oska vont apprendre à découvrir le monde mais aussi eux-mêmes tout en portant un regard nouveau sur le passé, mais aussi sur leurs avenirs. La plume d’Alice de Poncheville est très jolie, très stylisée, sans apporter de lourdeur quelconque à l’histoire. Ce roman se lit très bien et avec un plaisir certain.

En Bref :Alice de Poncheville nous offre une histoire intéressante qui fera réfléchir petits et grands sur l'écologie et la liberté d'être et de s'exprimer. Récit d'anticipation empreint d'une grande douceur, Nous les enfants sauvages est une très jolie histoire à découvrir.
Toutefois, ne vous attendez pas à de l'action car elle est quasiment inexistante.
4 / 5 4 / 5
©Chronique écrite par , le 26-10-2015

2
Poster un Commentaire

avatar
2 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
BlandineAlexia Hocquet Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Blandine

Ohla, je suis en train de le lire depuis deux semaines en parallèle avec d'autres livres que je dévore d'une traite, car j'ai justement du mal avec cette lenteur et attend encore cette envolée… et là je lis qu'il n'y en a pas. Bon… je vais quand même le terminer. Ce ne sera pas pénible, les personnages sont très attachants. Mais pour le moment il manque encore un petit quelque chose. Pas forcément de l'action. Juste un petit jenesaisquoi.

Alexia Hocquet

J'aime beaucoup l'idée de ce roman, mais vu ce que tu en dis, je pense qu'il n'est pas pour moi (j'aime généralement assez bien l'action du coup voilà ^^).
Mais c'est encore une très jolie chronique que tu nous as écrit là! 🙂
Bisous