Chronique
Phobos, Tome 1
 Roman  Science-Fiction   Adolescents 
Six prétendantes d'un côté.
Six prétendants de l'autre.
Six minutes pour se rencontrer.
L'éternité pour s'aimer.

Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d'un même vaisseau spatial.
Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l'oeil des caméras embarquées.
Ils sont les prétendants du programme Genesis, l'émission de speed-dating la plus folle de l'Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.

Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l'une des six élues.
Elle a signé pour la gloire.
Elle a signé pour l'amour.
Elle a signé pour un aller sans retour.
Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.
, 11-06-2015 448 pages / 17.9 €

Léonor, dix-huit ans, est prête à embarquer pour un long voyage jusqu’à Mars. Ce dernier ne sera pas tout à fait ordinaire. A l’intérieur du vaisseau : six jeunes filles et six jeunes hommes vivront dans deux compartiments séparés et ne pourront se rencontrer que lors de courtes séances de speed-dating, sous l’œil des caméras embarqués qui feront vivre l’aventure spatiale en direct à des milliards de téléspectateurs.

Le but de l’expédition : trouver le conjoint idéal avec lequel faire sa vie sur Mars pour, ainsi, créer la première colonie humaine sur la planète rouge.

Pourtant, la véritable raison de ce grand coup d’éclat médiatique risquerait de faire déchanter les douze participants si cela parvenait à leurs oreilles…

Que dire… Je ne sais pas par où commencer tellement j’ai été retournée par ce roman. Tout d’abord, le premier bonheur a été de retrouver la plume habile de Victor Dixen. Ce dernier a le chic pour mélanger les genres et nous offrir des romans forts, intenses et originaux à la fois. Phobos ne déroge pas à la règle puisqu’il allie science-fiction, romance et une pointe de thriller. 

Dès les premières pages, la magie a opéré. J’ai pénétré dans ma lecture avec une facilité déconcertante et au bout de vingt pages, j’étais déjà accro, je ne me suis arrêtée que lorsque j’y ai été forcée et mon homme a bien vu qu’il était inutile de me parler lorsque j’ouvrais mon livre. A ce moment là, je partais. Je me retrouvais dans l’espace aux côtés de Léonor, j’observais les manigances de Serena McBee ainsi que la rébellion d’Andrew à qui l’accès du programme a été refusé, je laissais battre mon cœur en découvrant les speed dating…

La narration se passe en quatre étapes entremêlées. Le champ, qui correspond au point de vue de Léonor au sein du Cupido, la navette spatiale. Contrechamp, qui nous fait suivre Serena, la directrice du programme, lui-même organisé par la société Atlas (qui a racheté la Nasa des années auparavant). Hors champ, où on découvre Andrew, un jeune homme qui rêve de se rendre sur Mars depuis son enfance mais dont la candidature a été rejetée. Et enfin, la chaîne Genesis, qui nous fait vivre les speed dating comme si nous étions nous mêmes scotchés devant notre écran de télévision.

Les trois dernières narrations son externes mais n’empêchent en rien l’immersion dans l’histoire. On découvre les rouages du programme, les manipulations qui font rage sur terre tandis que, dans l’espace, la vie s’organise autour des rendez-vous amoureux.

Le fait de suivre Léonor d’un point de vue interne permet de créer une véritable proximité avec la jeune fille. J’ai adoré cette rousse incendiaire au caractère bien trempé et au passé douloureux. J’ai été touchée par ce personnage qui tente de toujours agir de façon juste même quand son propre cœur en est meurtrit.
Léonor n’est évidemment pas le seul personnage auquel on s’attache, j’ai aussi apprécié la sincérité de Kris, l’amie fidèle de Léonor, la fragilité apparente d’Andrew, la douceur de Mozart ou le mystère qui entoure Marcus. Malgré tout, on ne croise pas si souvent les deux derniers garçons puisque le côté des prétendants nous est totalement inconnu. Petite mention spéciale pour Kenji, un des six prétendants un poil paranoïaque, bourré d’émotivité que j’aimerai beaucoup découvrir un peu plus par la suite.
Et je ne cite ici que mes favoris, car la palette de personnages est importante et c’est bien là l’une des forces de l’écriture de Victor Dixen. Il nous présente de nombreux protagonistes et antagonistes entre lesquels on pourrait se perdre. Pourtant, ils sont si uniques, si vivants, qu’on pourrait presque les toucher. Chacun est travaillé avec une profondeur rare et, qu’on les aime ou qu’on les déteste, ils vivent avec nous durant les quelques heures de notre lecture.

Quant à l’histoire, je n’ai pas les mots exacts pour vous expliquer à quel point elle m’a transportée, subjuguée, puis complètement soufflée lorsque la fin est arrivée. Les évènements s’enchaînent avec une tension et une rapidité croissante jusqu’à vous laisser pantelant avec une envie de hurler « Et le tome 2 c’est pour quand ? ». Finalement, Phobos est aussi addictif pour le lecteur que l’émission télévisée du roman l’est pour les spectateurs. On ne s’en lasse à aucun moment, on en veut toujours plus et quand ça se termine, on en redemande.

En Bref :Phobos est une bombe intergalactique qui provoque une très forte addiction. Une fois commencé, on ne peut plus le reposer jusqu’à ce que le point final nous oblige à refermer ce livre avec regrets. Originalité, personnages vivants et hauts en couleurs, intrigue bien ficelée… Victor Dixen réunit tous les éléments pour un roman unique et inoubliable. 

Si vous hésitez encore, n’attendez plus : Envolez vous pour Mars, vous ne le regretterez pas !
 
Coup de coeur Coup de coeur
©Chronique écrite par , le 15-06-2015

13
Poster un Commentaire

avatar
13 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
Top Ten Tuesday #20 - Les petits mots de SaefielCookiesMallou14 (The Notebook 14)Livre squementLéna Bubi Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
trackback

[…] 10. Phobos de Victor Dixen Pour quasiment la même raison qu’Aeternia. Je souffre à chaque tome, et j’en redemande toujours plus. Cette série, c’est du grand art ! Chronique […]

Cookies

Il me manque le point de vue des garçons, on ne sait pas trop comment cela se déroule chez eux! Mais cette fin est angoissante 🙂

Mallou14 (The Notebook 14)

Aaaah il me fait trop trop envie !! Je l'ai acheté mais ce n'est pas encore ma lecture en cours ^^

Livre squement

Ouuh je sens que je vais me l'acheter à une certaine séance de dédicace… :p Il a l'air génial !

Léna Bubi

Il me le faut absolument *-* x')