Chronique
Photophobia
 Roman  Horreur   Thriller   Adolescents 
Je vis sur les routes pour fuir le passé mystérieux de ma famille.
clic
À mon arrivée à West Academy, des reines de beauté sont sauvagement assassinées.
clic
Je partage les meurtres du Preneur d’Anges à travers des visions cauchemardesques.
clic
Je doute de tous ceux qui m’entourent, à commencer par moi-même.
, 03-05-2017 288 pages / 14.9 €

Le père de Darla est un pro des petits larcins en tous genres, obligeant souvent l’adolescente à fuir avec lui dès que la tension avec ceux qui se sont fait arnaquer devient trop grande. Habituée à une vie de galères, la jeune fille est heureuse quand, après avoir atterri à Saffron Hills, son père lui propose un nouveau départ. Il est prêt à arrêter l’alcool et chercher un travail grâce aux contacts qu’il a déjà en ville pour leur offrir une vie meilleure. Mais Darla va vite déchanter quand d’étranges et terrifiantes visions la plongent dans la peau d’un tueur s’attaquant aux élèves du lycée.

Phobophobia est un thriller pour adolescents au résumé prometteur. Une jeune fille qui voit les meurtres de ses camarades avant qu’ils aient lieu, une ville américaine typique et quelques mystères qui l’entourent, il y a de quoi donner envie. Malheureusement, il y a beaucoup de choses qui ne fonctionnent pas dans ce roman, ce qui rend le tout très décevant.

Tout d’abord, les personnages sont bourrés de clichés et il leur manque la petite étincelle de vie qui aurait pu en faire des êtres tangibles.
Darla est une adolescente fade qui réagit plutôt étrangement à ses visions. Elle ne panique pas vraiment, ne se pose pas le bon milliard de questions qu’elle serait en droit d’avoir.
Ses amis et autres camarades sont tous très stéréotypés. Il y la rebelle gothique, le geek et les multiples stars du lycée qui sont les proies du fameux tueur.

La recherche de l’assassin et le lien avec une série de meurtres identiques des dizaines d’années plus tôt auraient pu être un gros point fort dans le récit. C’est malheureusement très mal exploité et j’ai pour ma part deviné très vite l’identité du fameux tueur. Je n’avais en revanche pas vu venir le plot twist final que j’ai trouvé franchement ridicule.
Quant à l’histoire, elle ne m’a pas emballée. Les quelques meurtres ne m’ont pas marquée et je ressors de ce roman sans avoir le moindre souvenir sanglant en tête, ce qui, pour un thriller, n’est pas bon signe.

Le tout, bien que facile à lire et porté par une atmosphère sombre efficace, est trop superficiel. On peut également reprocher un manque de crédibilité et l’inutilité flagrante du don de Darla qui n’est finalement qu’un prétexte pour nous mener de meurtre en meurtre.

En Bref :Décevant et manquant cruellement de complexité, Photophobia est un roman qui se lit vite mais n’est pas à la hauteur et est loin d’être inoubliable.
2 / 5 2 / 5
©Chronique écrite par , le 17-08-2017

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz