Chronique
Proxima du Centaure
 Roman  Contemporain   Drame   Adolescents 
«Je l’appelle Apothéose parce qu’il n’y a aucun prénom logique à lui mettre sur le visage. Je la klaxonnerai avec ma tête jusqu’à ce qu’elle se retourne. Un jour elle me dira son vrai prénom, à l’oreille, elle le prononcera avec le souffle. Son souffle réveillerait un mort.
En attendant, de là où je me trouve, je kiffe à fond dès que je pense à elle.»

Tous les matins, Wilco regarde Apothéose passer sous sa fenêtre. Jusqu’à ce qu’un jour, il se penche tellement qu’il tombe.
, 07-02-2018 224 pages / 13 €

Tout commence par un choc, celui de Wilco, 15 ans, sur le trottoir devant son immeuble. Cette dégringolade a une bien jolie cause : son amour pour Apothéose, cette fille incroyable qui se fait appeler Marilyn en cours d’anglais. Pour elle, il est prêt à se pencher au bord de sa fenêtre afin de la voir passer cinq étages plus bas. Mais maintenant, Wilco est en réanimation dans un état critique, il ne lui reste plus que son imagination pour s’envoler auprès d’Apothéose pendant que ses proches s’activent autour de lui.

Proxima du Centaure est un court roman coup de poing à lire avec un paquet de mouchoirs à proximité. L’espoir est en effet très mince quant au sort de Wilco. L’adolescent reste toutefois drôle et caustique. Il observe les membres de sa famille qui se succèdent à son chevet : sa mère et son père qui ne veulent pas formuler l’indicible, sa sœur aînée au crâne rasé, sa tante Marie Noëlle légèrement agaçante ou encore Prudence, sa jeune cousine.
Malgré cette mosaïque de soutien, Wilco s’accroche à ceux qui ne viennent pas ou plus : son meilleur ami Vadim et bien sûr Apothéose, de son vrai nom Nicole, la fille de ses rêves. Il leur invente des aventures, des pensées, il imagine l’être aimé bouleversé par son accident. Et entre ces purs moments d’invention, enfermé dans sa coque de plastique sans aucun moyen de communication, Wilco se rejoue le fil de sa vie et observe son entourage avec une étonnante lucidité. Il décortique ceux qui sont à un stade qu’il n’atteindra jamais : l’âge adulte.

Profondément éprouvant à lire, Proxima du Centaure nous offre de beaux moments d’amour avec pour point d’ancrage : la famille. Bien qu’immobile, Wilco semble remarquer toutes ces choses qui font ses parents et la relation forte qu’ils entretiennent, tout comme l’amour qu’ils ont pour lui.

Claire Castillon nous secoue avec une plume dure aux accents poétiques qui ne faiblit à aucun instant et ne tombe jamais dans le pathos. On vit cet instant intime de partage, entre rêve et réalité, avec une force déconcertante même s’il arrive parfois qu’on se perde entre les moments de conscience et de rêveries. J’y ai finalement vu un pur message d’amour délivré par l’auteur, une invitation à regarder notre monde autrement et plus particulièrement ceux qui nous entourent.

En Bref :Proxima du Centaure est un roman atypique qui s’apparente à un véritable cataclysme émotionnel. S’il est parfois un peu déroutant, il n’en est pas moins percutant et plein d’amour et de poésie.
4 / 5 4 / 5
©Chronique écrite par , le 05-03-2018

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
L\ Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
L\

Absolument merveilleux, d’une force et d’une sensibilité dingues !