Chronique
Pure, Tome 1
 Roman  Dystopie   Science-Fiction   Adolescents 
Nous savons que vous êtes là, vous, nos frères et soeurs...

Pressia se souvient à peine des Détonations ou de la vie pendant l’Avant. Dans son armoire-lit derrière les décombres d’un salon de coiffure pour hommes où elle vit avec son grand-père, elle pense à ce qui est perdu : comment le monde est passé de parcs d’attraction, cinémas, fêtes d’anniversaire, pères et mères à cendres et poussière, cicatrices, brûlures indélébiles et corps accidentés. Et maintenant, à l’âge où tous sont contraints de se livrer à la milice pour être entraîné à devenir soldats ou, s’ils sont trop accidentés ou trop faibles, pour être utilisés comme cibles vivantes, Pressia ne peut plus prétendre être petite. Pressia est en fuite.

Nés Purs, ils Respirent les Cendres…

Il y a ceux qui ont échappé à l’apocalypse sans aucune marque. Les Purs. Ils sont gardés en sécurité dans le Dôme qui protège leurs corps sains et supérieurs. Mais Partridge, dont le père est l’un des hommes les plus influents du Dôme se sent seul et isolé. Différent. Il pense aux pertes – peut-être simplement parce que sa famille est brisée. Son père s’est détaché des émotions, son frère s’est suicidé et sa mère n’est jamais parvenue jusqu’à leur abri. Ou peut-être est-ce sa claustrophobie : cette sensation que le Dôme est devenu un lieu à la discipline extrêmement rigide. Alors quand il entend que sa mère pourrait être encore en vie, Partridge risque sa vie pour quitter le Dôme et la retrouver.
Quand Pressia rencontre Partridge, leurs mondes volent en éclats une fois de plus.
, 28-09-2012 535 pages / 14.9 €

Pressia est une jeune fille qui a subit les Détonations : une catastrophe nucléaire mondiale qui a détruit presque tout autour d’elle en dehors des gens qui étaient dans le Dôme ; une sorte de mini ecosystème où il est possible de vivre coupé des radiations. Pressia n’a pas eu la chance de pouvoir rejoindre le Dôme, elle a donc, comme tous les survivants, fusionné avec ce qui était le plus proche d’elle : une poupée, dont la tête remplace désormais la main gauche. Lorsque Pressia aura 16 ans elle devra rejoindre l’ORS, une milice qui fait de ceux qui ne sont pas trop handicapés par leurs fusions : des soldats. Et Pressia aura 16 ans dans quelques jours seulement…

Partridge, lui, vit dans le Dôme. Il est un Pur qui n’a subit aucune fusion. Le garçon est très peu attaché à son père qui semble lui reprocher que le codage – servant à améliorer les individus – ne fonctionne pas sur lui. Lorsqu’il apprend que sa mère est peut être encore en vie en dehors du Dôme, il n’a donc aucune attache et plus qu’une obsession : sortir à la recherche de sa mère.

Ne nous mentons pas, il m’aura fallu 2 mois pour lire Pure. Deux longs mois de véritable galère où j’ai enchaîné les lectures en laissant Pure de côté, et pour ça je suis désolée pour Livresquement qui m’attendait pour poster sa chronique… Quelque chose s’est passé avec ce roman, et lorsque j’ai voulu le commencer j’ai eu du mal à m’y intéresser, peut être que ce n’était pas le bon moment, je ne sais pas… Toujours est il que je suis soulagée d’avoir enfin pu tourner les dernières pages !

D’abord j’ai eu un gros problème d’attachement vis à vis des personnages. Si ce n’est pas un détachement total puisque je me suis intéressée à eux ; j’ai quand même eu du mal à les comprendre, à les apprécier vraiment. L’écriture de l’auteure donne l’impression qu’elle a cherché à donner au lecteur l’impression de n’être que simple spectateur, sans possibilité d’identification ou d’attachement. On ne fait que les observer de loin…
De plus, les personnages et les points de vues sont nombreux : Pressia, Partridge, Lyda, El Capitan, Bradwell. Ce nombre élevé n’aide pas à avoir de vraie préférence, ou même de les comprendre dans leurs actions, dans leurs pensées…

L’écriture de Pure a été un autre problème. Non seulement pour cette histoire de personnages, mais aussi, pour ses phrases courtes au présent qui m’ont données une impression de hachement de ma lecture, presque de fragmentation et de confusion à certains moments. Mon implication dans ma lecture en a été entachée et c’est vraiment dommage parce que en dehors de ces points noirs, l’univers et le fond de l’histoire m’ont plu.

Le côté introductif du roman est très présent, malgré tout, un certain nombre de choses se déroulent et on est souvent face à des révélations importantes et surprenantes. Le rythme de l’histoire est assez lent en dehors de la fin qui subit une grosse accélération. L’univers post apocalyptique du roman est sombre, sordide, certains passages sont très durs à lire.

L’histoire montre un côté de l’Homme et de l’humanité presque cauchemardesque. Les fusions et les mutations des gens qui n’étaient pas dans le Dôme sont parfois étranges, dérangeantes même, les hommes ont fusionné avec tout ce qui se trouvait à proximité : voiture, feraille, verre mais aussi autres êtres humains, provoquant des hybrides singuliers qui font peur à imaginer. Mais les Purs du Dôme ont, eux aussi, un côté dérangeant par leur volonté d’être sains en toutes formes, de vouloir coder les jeunes garçons pour en faire des surhommes. On en vient presque à se demander si ceux qui ont muté ne sont pas plus humains que ceux du Dôme qui semblent vouloir tout contrôler.

Un autre point que j’ai particulièrement apprécié c’est que Julianna Baggott ne tombe pas dans les codes simples de la dystopie avec une romance mièvre ou pire : un triangle amoureux.

En Bref :Malgré mes difficultés de lectures et le style que je trouve gênant, je suis tout de même assez intriguée par cette histoire pour avoir envie de savoir la suite. L’univers oppressant et sordide m’a plu, tout comme le rythme final qui s’est considérablement accéléré par rapport au début du roman.
Même si j’ai l’impression d’être une simple spectatrice dans ce roman et que je ne me suis pas attachée aux personnages, j’espère que ce sera un peu moins le cas dans le second tome et que Julianna Baggot réussira à me surprendre un peu plus.
3 / 5 3 / 5

En lecture commune avec Panthère du blog Livresquement.

©Chronique écrite par , le 29-05-2014

10
Poster un Commentaire

avatar
10 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
totorosreviewsVagabonde.Bouchon des boisAnne-Ctopobiblioteca Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
totorosreviews

une des mes dystopies YA préférés!

Vagabonde.

Il faut absolument que je le lise celui là, je crois que ça fait deux ans qu'il est dans ma PAL et je n'ai toujours pas eu l'occasion de le lire malheureusement.

Bouchon des bois

Je l'ai, quelque part dans ma liseuse… Il me faisait très envie à sa sortie, mais maintenant… A voir :/

Anne-C

Je suis globalement en accord avec ta chronique 😀

topobiblioteca

Je pense qu'il pourrait me plaire par ce côté original et se détachant des autres lectures du genre, l'écriture hachée me plaît d'ordinaire énormément alors =)