Chronique
Quand tu descendras du ciel
 Roman  Humour   Thriller   Adultes 
C'est encore Noël. Comme toujours, Benjamin Varenne galère. Comédien, beau gosse, séducteur invétéré, il a tout por lui... sauf le succès. Cette fois, il se retrouve ouvreur à l'Opéra pour les fêtes, un petit boulot en apparence plus tranquille que son ancien job de Père Noël aux grands magasins. Mais en volant au secours d'Ophélie, une jolie ballerine agressée par un fan à la sortie du spectacle, il ne sait pas encore - même s'il s'en doute un peu - qu'il va au-devant de très gros ennuis.
Harcelée par un admirateur fou qui la traque sur le net, la danseuse panique. Elle se sent épiée, suivie, jusque dans les couloirs sombres de l'Opéra... Benjamin, sans réfléchir, s'engage à le protéger, en se faisant passer pour ce qu'il n'est pas : un ancien des services secrets. Il n'en faudra pas moins pour affronter un psychopathe, des traîtres, des tueurs, des amoureux éconduits, des jaloux, et des mafieux spécialisés dans le trafic de femmes...
, 15-11-2017 256 pages / 19 €

Benjamin Varennes attend toujours le coup de fil du producteur qui lancera sa carrière d’acteur. À défaut d’être une star, il enchaîne les petits boulots afin de pouvoir survivre. Cette année, il échappe au dur métier qu’est Père Noël dans les grands magasins et se retrouve vigile à l’Opéra de Paris en pleine période des fêtes. Rien de bien foufou donc, et Benjamin en a bien vite marre de fouiller les sacs à main des mamies. Mais quand il tombe sur Ophélie, une danseuse harcelée par un fan, il ne peut résister et se lance dans un numéro de charme quitte à mentir un chouïa pour rester à ses côtés.

Après N’oublie pas mon petit soulier (que j’ai visiblement oublié de chroniquer l’année dernière), Gabriel Katz revient avec son personnage de beau gosse un peu loser. Si j’avais bien rigolé avec le premier tome des aventures de Benjamin, j’ai encore plus ri avec ce second opus. Je ne vous raconterai pas mon fou rire mémorable à cause d’une histoire de prêtre dans les canaux de Venise, sachez seulement qu’il vaut mieux éviter de lire ce roman discrètement pendant vos heures de travail.

Quand tu descendras du ciel réussit donc le pari du récit drôle, mais qui tient la route grâce à une intrigue haletante et un certain nombre de rebondissements. Enfermé dans son mensonge, Benjamin se retrouve propulsé garde du corps de sa belle et n’hésite pas à y mettre du sien pour traquer le stalker d’Ophélie.
On se prend forcément d’affection pour ce garçon (un peu crétin avouons-le) au grand cœur qui se fait mener par le bout du nez par la jolie danseuse. Sa naïveté et sa tendance à tomber rapidement amoureux le poussent dans de multiples situations intenables, et l’immense fossé entre la réalité et son incroyable confiance en lui est souvent détonante.

On suit donc Benjamin dans cette nouvelle histoire d’ “amour” qui va le mener jusqu’à Venise, mais pas vraiment pour un week-end idyllique… Il ne serra que le garde du corps, spectateur d’une autre romance et prêt à intervenir au moindre mouvement, ou presque. Le seul point légèrement négatif de ma lecture se trouve d’ailleurs là. Pour avoir visité Venise en septembre, j’ai eu du mal à imaginer une des scènes de course poursuite qui m’a parue difficilement réalisable… Mais je suis tatillonne, Gabriel Katz parvient tout de même à décrire brillamment une partie de la ville et son flot de touristes incessant.

J’ai donc passé un très bon moment avec cette histoire. Sachez d’ailleurs qu’il n’est pas absolument indispensable d’avoir lu N’oublie pas mon petit soulier pour le comprendre. Vous n’aurez pas les références à certaines allusions, notamment avec David (un vrai agent secret), mais votre lecture n’en sera pas entachée. Ceci dit, lire les deux ne vous feront mal qu’aux zygomatiques.
Comme à chacun de ses romans, Gabriel Katz m’a donc fait vivre un moment de lecture haut en couleur et s’affirme comme un de mes auteurs francophones favoris.

En Bref :Bourré d’humour, d’action et de rebondissements, quand tu descendras du ciel est un roman idéal pour les fêtes (ou tout autre moment de l’année). Vous ne pouvez pas passer à côté es aventures loufoques de Benjamin, croyez-moi sur parole, ça vaut le détour !
5 / 5 5 / 5
©Chronique écrite par , le 11-12-2017

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar