Chronique
Resurrectio
 Roman  Fantastique   Adolescents 
À quinze ans, Marie se réveille un jour sans aucun souvenir. Le médecin qui l'accueille dans cette nouvelle existance prétend l'avoir ramenée à la vie alors que tout le monde la croyait perdue, veille sur elle avec affection.
Pourtant, Marie est habitée par le sentiment étrange d'être plusieurs personnes et ses souvenirs, aussi confus soient-ils, la ramènent à des histoires ne pouvant avoir été vécues par un seul individu.
Qui est-elle en réalité ? D'où vient-elle ?
Seul Victor détient les réponses à ces questions.
, 25-09-2014 319 pages / 14.5 €

Marie se réveille dans un endroit qu’elle ne connaît pas, veillée par un homme : Victor. Elle ne possède aucun souvenir et ne peut croire que ce qu’il lui dit : ses parents sont morts et elle a vécu un tragique accident dont elle se remet difficilement. Son corps est couvert de cicatrices, elle doit tout réapprendre lentement comme un enfant. Mais Marie est aussi une adolescente, à la recherche d’une identité et de reconnaissance. Lorsqu’elle insiste pour rentrer au lycée, elle ne se doute pas une seconde que ça va changer sa vie. Elle va devoir vivre en cachant les cicatrices qui parcourent son corps et ses visions étranges concernant des jeunes filles mortes…

Je dois bien avouer que dès la citation choisie par l’auteure au début de son roman, je savais de quoi le roman allait parler. Niveau suspens on est donc au point mort : Amélie Sarn revisite le mythe de Frankenstein à la sauce ados. Malgré ce cruel manque de suspens, je me suis tout de même intéressée à Marie et à sa volonté plus forte que tout de devenir une fille comme les autres. Marie se cherche, veut savoir qui elle est vraiment, et quand on a aucun souvenir de son enfance, des visions glauques et qu’une ombre meurtrière nous habite, les choses sont encore plus compliquées que pour un adolescent lambda.

Mais Marie n’est pas le seul personnage, Victor notamment, possède une psychologie très intéressante et son évolution au fil du roman est agréable à suivre. Quant à la vie au lycée, elle apporte son lot de caricatures : la jolie peste, le beau gosse ténébreux au grand cœur… Rien de bien novateur, mais ça fonctionne toujours.

En parlant de lycée, une chose m’a profondément gênée. Les choses se passent en Suisse, près de Genève et Amélie Sarn nous parle de « première S1 ». Alors là, je suis obligée de me soulever contre cette erreur monumentale (même si je ne suis que frontalière). La « première » en Suisse n’existe pas, ils ne possèdent pas le même système scolaire que nous et, si le terme a existé, il est depuis longtemps inusité. Or, l’aventure de Marie est plutôt récente puisqu’elle possède un téléphone portable…

Cette erreur, qu’une simple recherche sur Wikipédia aurait pu corriger, m’a donc beaucoup perturbée, au même titre que les descriptions de Genève. Je n’ai pas retrouvé la ville que je connais, juste une pâle copie où l’on mange des glaces sur le port. Certaines localisations dans l’espace m’ont même parues fausses… Après un Half Bad de Sally Green qui dépeignait parfaitement la ville, j’ai vraiment été gênée par ces nombreuses erreurs…

J’ai apprécié l’idée de vouloir revisiter le mythe de Frankenstein, mais au final, je reste sur une impression très mitigé. Si j’ai aimé l’histoire, à la réflexion je la trouve très cul cul la praline, certaines idées sont mal exploitées et laissent trop la place à l’histoire d’amour. Quant au rythme, je l’ai trouvé trop lent, les choses peinent à se mettre en place et la répétition de très courts chapitres ne change malheureusement rien…

Je pense quand même donner sa chance au tome 2 car la fin de ce premier volet laisse sur un goût d’inachevé, j’ai grand espoir que la période « naïve » de Marie se termine et laisse place à un tome plus mature et intéressant.

En Bref :Resurrectio est un roman qui se lit bien, l’écriture est fluide, agréable mais l’histoire reste très basique et tout se devine bien trop facilement.
Marie est un personnage qui m’a laissée indifférente malgré son évolution intéressante et je dois dire que j’ai été bloquée par les erreurs de l’auteur concernant la ville de Genève et le système scolaire. Je ne suis donc pas plus emballée que ça…
2 / 5 2 / 5
©Chronique écrite par , le 29-12-2014

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
SaefielBoom Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
Boom

Tu ne me donnes pas fort envie de le découvrir :/