Chronique
 Roman  Fantastique   Adolescents 
Louise n’est pas une petite fille comme les autres. 
Electro-sensible, sa condition la rend allergique à toutes les ondes électromagnétiques. Pas d’internet, pas de téléphone, de télévision, ni même d’ascenseur… Louise est condamnée à vivre loin de toute la modernité de notre époque.Pour préserver sa santé et lui permettre de vivre une vie normale, son père Stan, agent littéraire, et sa mère peintre, décident de partir et d’acheter une propriété à la campagne où les ondes ne passent pas. 

Mais le lieu qu’ils viennent d’investir n’est pas un lieu comme les autres, et le passé violent de cet endroit ne va pas tarder à refaire surface… A mesure que Stan plonge dans l’histoire du château, le comportement de sa fille se fait de plus en plus étrange, et il ne sait que penser : Est-ce la manifestation de forces surnaturelles, ou la preuve que son enfant sombre lentement dans la folie ?
, 28-08-2014 334 pages / 16.9 €

Louise est une petite fille qui se découvre une électrosensibilité très forte, la moindre onde la rend malade à se tordre de douleur. Ses parents, pour ne plus la voir souffrir, décident d’acheter un domaine coupé du monde où aucune onde ne semble réussir à passer. Alors que Stan, le père, n’arrive pas à se satisfaire de cette nouvelle vie loin de la technologie ; Virginie, la mère, s’acclimate doucement à son nouvel environnement. Mais Louise commence à écrire des choses étranges sur une jeune sorcière : Shanoé, qui aurait vécu dans les environs du château de Ruet des siècles auparavant. Entre fiction et réalité, la petite fille tente de construire sa propre histoire.

Je pensais que les thèmes de la maladie et de l’électrosensibilité seraient beaucoup plus traités que ce qu’il n’est. Au final, Shanoé est plutôt axé vers un côté très fantastique, aux limites du surnaturel. Le roman reprend les codes simples de l’endroit un peu glauque, sans communications avec l’extérieur, un passé sombre entre folie et cruauté ainsi qu’un soupçon de sorcellerie.

Car les écrits de Louise sont troubles et racontent une époque cruelle teintée de peurs imbéciles et d’obscurantisme. J’ai apprécié cette histoire dans l’histoire qui amène une certaine originalité dans la forme du récit et qui se passe d’ailleurs à plusieurs niveaux. Le premier niveau est l’intrigue concernant Shanoé qui est écrite sous la plume de Louise ; le second est le récit concernant Louise et sa famille, raconté par un agent d’assurance venu évaluer les dégâts suite à un étrange accident. Si j’ai aimé ce double, voir triple, niveau d’écriture ; j’ai moins apprécié le rapport que j’ai eu avec les personnages.

Louise et sa famille ont tous un comportement qui ne colle pas particulièrement à la situation.
Louise est une toute jeune fille de onze ans, plus mâture que la moyenne et qui, à mon avis, est trop souvent vue de manière malsaine par les hommes de sa connaissance. Je ne me suis pas attachée à elle à cause de son comportement étrange voir inexplicable.

Sa mère est très enfermée dans son petit monde d’artiste. Quant à son père, bien que prêt à faire des sacrifices, il lui semble difficile d’imaginer le reste de sa vie hors de la technologie, même pour sa fille, au point de faire des crises qu’on pourrait associer à celles d’un adolescent à qui on coupe la console de jeux.

Au final le « personnage » qui m’a paru être le vrai héros de cette histoire, le plus sympathique et le plus agréable est Gronk, l’ours en peluche.

L’histoire est parfois un peu confuse, elle met beaucoup de temps à débuter et l’écriture de Lorris Murail m’a parue complexe, les phrases parfois un peu trop longues et pleines d’informations diverses. Bien que le récit se lise facilement, j’ai trouvé la fin brouillonne. Tout se passe très vite et on n’obtient finalement que très peu de réponses à toutes les questions qui ont pu être soulevées durant le reste de notre lecture, ce qui m’a un peu déçue puisque j’attendais beaucoup des révélations finales…

En Bref :Shanoé est un roman au thème intéressant mais trop peu exploité. J’aurai voulu plus de choses sur l’électrosensibilité et la difficulté de vivre avec une telle maladie.
Ceci dit, le côté surnaturel est plutôt bien exploité et la construction du récit est originale. J’aurai simplement apprécié un peu moins de confusion autant au niveau de l’écriture qu’au niveau de l’histoire qui aurait permis une meilleure immersion dans l’histoire.
3 / 5 3 / 5
©Chronique écrite par , le 06-12-2014

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Shanoé"

avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
wpDiscuz