Chronique
Super Louis et l’île aux 40 crânes
 Roman  Aventure   Enfants 
La nuit, Super-Louis écrabouille les méchants. Mais le jour, la vie de Louis n’est pas reposante non plus. À cause de Brutus, son « meilleur ennemi ».
À cause de Vanessa, qui lui plaît… un peu trop. Voilà pourquoi il a rédigé un Guide de survie du super-héros. Et il en aura bien besoin pour tenir tête à Nubuck, un gangster qui va les kidnapper, lui, Brutus et Vanessa, et les emmener sur « l’île aux 40 crânes », où vit l’inquiétante piratesse, Balafre-à-dent-d’or…
, 27-08-2014 144 pages / 9.9 €

Louis est un petit garçon qui se dit super-héros la nuit et enfant ordinaire le jour. Afin de ne pas se faire repérer par ses ennemis, il rédige un guide de survie pour les super-héros dans le milieu quotidien. Lorsque Louis est enlevé en compagnie de la jolie Vanessa et de son pire ennemi de la cour de récré : Brutus, il va devoir tout mettre en œuvre pour être héroïque sans révéler sa véritable identité.

Louis m’a paru être un petit garçon rêveur qui se raconte des histoires pour échapper à la réalité. Pourtant, cette aventure semble s’ancrer dans la réalité et Louis va devoir faire preuve de courage et d’inventivité pour se sortir de cette mauvaise passe. Si il a un petit côté attachant, pour une raison qui m’est inconnue, j’ai eu du mal à l’apprécier complètement. Peut-être qu’il ne pouvait pas faire le poids face à Zach, le héros l’autre Pépix reçu en même temps : La drôle d’évasion, et que j’avais lu juste avant. En tout cas je n’ai pas eu la même sensibilité pour cet enfant.
Cependant, j’ai apprécié la complicité qui se noue progressivement entre les trois enfants. Si Brutus et Louis sont des ennemis, on comprend vite que, dans l’adversité ils sont capables de se liguer.

L’écriture de l’auteure est sympathique, dans la lignée humoristique des Pépix, et est complétée d’une jolie façon par les dessins d’Anne Montel. Le récit est plutôt agréable à découvrir. Encore une fois on est dans une aventure où la frontière entre l’imaginaire et la réalité est très incertaine. Qu’est-ce qui est réel ? Qu’est-ce qui tient de l’imagination pure de l’enfant ? Et finalement c’est ce qui, en tant que lectrice adulte, m’a un peu dérangée. Etrangement dans les autres Pépix je trouvais cette frontière agréable et poétique. De plus, elle permettait toujours de faire un choix, de décider si l’enfant rêvait purement et simplement ou si les choses étaient réelles. Ici, ce n’est pas le cas, on reste dans une certaine forme d’incertitude et pour la première fois ça m’a sincèrement gênée.
Néanmoins, je pense qu’un lecteur enfant trouvera parfaitement son compte dans le petit grain de folie de Louis et n’aura pas le même problème que moi. Peut-être simplement que je commence à perdre mon âme d’enfant…

En Bref :La collection Pépix prouve encore une fois sa capacité à faire à la fois rêver et rire les enfants. Parfait pour cette période de rentrée, ce petit roman permettra aux plus jeunes de s’imaginer en super-héros et si j’ai été gênée par la frontière incertaine entre réalité et imaginaire, je suis certaine que ce ne sera pas le cas de nos petites têtes blondes. 
3 / 5 3 / 5
©Chronique écrite par , le 04-09-2014

Poster un Commentaire

avatar