Chronique
Un coeur à la Havane
 Roman  Contemporain   Romance   Adultes 
Il était impensable que leurs chemins se croisent : lui, exilé cubain, elle, fille d’une famille très traditionnelle du nord de la France. Et pourtant… Céline a vécu avec Rey une histoire passionnée et heureuse, magnifiée par la naissance de leur enfant. Leur amour est hélas brutalement interrompu par la mort de Rey. Et, des années plus tard, alors que la blessure du deuil ne s’est toujours pas refermée et que son fils commence à poser de plus en plus de questions sur ses origines, Céline comprend qu’il est temps de retourner à La Havane. Là-bas, ils ont l’espoir de retrouver un peu de l’être qui leur manque si cruellement. Mais, au moment de partir, un doute étreint Céline : que va-t-elle découvrir ? Est-elle vraiment prête à connaître toute la vérité ?
, 20-05-2013 165 pages / 4.99 €

Contrairement à la plupart des romans que j’ai lu en partenariat avec les éditions Harlequin HQN, Un cœur à la Havane n’est pas une histoire d’amour au sens propre du terme. Bien qu’il existe une romance en filigrane à travers quelques flashbacks, l’auteur nous confronte exclusivement au thème du deuil à travers le personnage de Céline, une jeune femme qui a perdu son époux depuis 5 ans et tente de se reconstruire, notamment pour son fils.

Le voyage à la Havane que l’on peut présager dans le résumé n’intervient que très tard. En effet, on suit particulièrement l’évolution de Céline et son passage vers l’acceptation de la mort de Rey. Ce n’est que tard dans le roman qu’elle se rendra à la Havane sous l’impulsion de son fils.
Parallèlement on découvre la vie d’une jeune cubaine venue en France : Regla, et dont l’histoire est touchante et grave. Son évolution pour se rendre en France n’est pas anodine puisqu’elle se sert de la prostitution dans un premier temps pour vivre, puis pour atteindre son but d’aller à Paris. Le destin des deux femmes va finir par se croiser d’une façon inattendue.

J’ai bien aimé le personnage de Céline qui, pour l’homme qu’elle aime, n’hésite pas à rompre avec sa famille avec laquelle ses relations étaient déjà tendues. L’amour qu’elle a pour son fils n’est pas anodin non plus et j’ai trouvé que malgré une apparence de fragilité elle faisait preuve d’une grande force de caractère. Quant au personnage de Regla j’ai eu plus de mal, j’ai eu de la peine pour elle, parfois presque de la pitié. Mais son comportement est parfois inacceptable et je l’ai trouvé très égoïste.

Nous avons donc à faire à deux portraits de femmes que l’on découvre dans un chassé croisé de chapitres. L’écriture de Diana Merlen est très belle, l’utilisation de phrase courtes et percutantes permet de s’immerger dans le roman. Cependant j’ai trouvé que les personnages étaient parfois très caricaturaux et j’aurais aimé en savoir plus sur la vie à Cuba par exemple. Malgré un bon moment de lecture j’ai été un peu déçue par certains aspects du roman notamment la fin, incluant que le deuil devrait passer par la démystification de l’être aimé. De plus je ne suis pas sûre de me souvenir de cette histoire dans quelques temps.

En Bref :Un roman agréable à lire malgré un thème difficile, montrant les étapes pour sortir d’un deuil trop long. Alors qu’on suit les deux jeunes femmes, l’une dans sa préparation de son voyage à la Havane et l’autre à Paris, on entre également dans le mystère de ce qui peut les relier et c’est, à mon avis, ce qui tient le roman. Les stéréotypes et la fin m’ont un peu déçue, mais ce roman a quand même été un bon moment de lecture.
3 / 5 3 / 5
©Chronique écrite par , le 29-09-2013

12
Poster un Commentaire

avatar
6 Comment threads
6 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
Saefielles-chroniques-de-JohanneBouchon des boisPhebusalatetedansleslivres Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
les-chroniques-de-Johanne

Je me laisserai bien tenter!

Bouchon des bois

Comme Anne-C, il me tente bien, mais peut-être pas suffisamment pour que je le fasse passer avant la moitié des livres de ma PAL ^_^

Phebusa

Pourquoi pas, ça me changerait les idées 🙂

latetedansleslivres

C'est vrai que le thème n'a pas l'air facile, mais je ne sais pas si c'est le genre de lecture que j'apprécierais…

Anne-C

Il a l'air pas mal mais bon j'ai largement assez à lire en ce moment ahah ^^