Chronique
Une braise sous la cendre, Tome 1
 Roman  Fantasy   Adolescents 
Autrefois l'Empire était partagé entre les Érudits, cultivés, gardiens du savoir, et les Martiaux, armée redoutable, brutale, dévouée à l'empereur. Mais les soldats ont pris le dessus, et désormais quiconque est surpris en train de lire ou d'écrire s'expose aux pires châtiments. Dans ce monde sans merci, Laia, une esclave, et Elias, un soldat d'élite, vont tout tenter pour retrouver la liberté... et sauver ceux qu'ils aiment.
, 15-10-2015 528 pages / 18.9 €

Life is made of so many moments that mean nothing. Then one day, a single moment comes along to define every second that comes after.
(En anglais parce que je ne l’ai pas retrouvée dans la VF)

Laia est une jeune fille simple qui vit avec ses grands-parents et son frère depuis la mort de ses parents. Une nuit, un Mask, soldat de l’Empire, pénètre chez elle, à la recherche de son frère. Ses grands-parents sont assassinés et son frère emprisonné. Laia ne parvient à s’enfuir qu’in extremis et décide d’aller demander de l’aide à la résistance.
De l’autre côté, il y a Elias, élève de Blackcliff, l’école des Masks. Il est d’ailleurs à deux doigts de s’enfuir de cette académie qu’il déteste depuis toujours.

C’est au sein de l’Empire que vivent les deux jeunes gens. Ce dernier était auparavant séparé entre les Martiaux et les Erudits, les premiers ont finalement pris le pouvoir, empêchant depuis le peuple d’apprendre à lire, écrire et s’instruire d’une quelconque façon.

Dès les premières pages, Sabaa Tahir nous plonge dans cet univers original entre Rome antique et pays orientaux. Il est très difficile de décrire ce que l’on ressent durant cette lecture mais c’est quelque chose entre l’exaltation et la fascination.

Tout d’abord, on aime les personnages si complexes qu’on ne parvient pas toujours à saisir tout ce qui fait leur essence.
Laia est parfois un peu pleurnicharde, mais je l’ai trouvée incroyablement courageuse. Elle est prête à tout pour sauver la seule famille qu’il lui reste : son frère. Au côté de l’effroyable commandant, réduit à l’esclavage, elle va vivre les pires horreurs tout en restant digne et fidèle à elle-même. Au fur et à mesure, Laia va révéler des traits de caractères insoupçonnables et, si je ne l’appréciais pas beaucoup au début, j’ai fini par l’adorer.

En alternance avec elle, on découvre Elias. Haaaa Elias… Je l’ai aimé de façon inconditionnelle. Il dépasse de loin tous les personnages masculins que je pensais aimer jusqu’ici, et même les féminins. Forcé de devenir un Mask, Elias n’a pourtant rien du guerrier sanguinaire. Il souhaite fuir loin de Blackcliff pour vivre une vie paisible éloigné des horreurs de l’Empire. Mais même si sa vie à l’académie le rebute, il est loin d’en avoir terminé…

Ce garçon possède beaucoup de failles, il a des doutes, il cache sans cesse ses opinions et doit acquiescer face aux horreurs proférées par les autres Masks. Son côté fragile ne m’a fait que l’apprécier encore plus, et son côté dangereux (n’oublions pas qu’il a apprit à être un tueur sans pitié) a fait battre mon petit cœur à mille à l’heure.

Elias, qui vit donc en perpétuelle contradiction avec ses opinions, est à mon avis, LE personnage de ce roman.

Mais la beauté d’Une braise sous la cendre ne s’arrête pas à un garçon sexy.

C’est aussi l’univers extrêmement riche construit avec brio par Sabaa Tahir et le rythme percutant de cette histoire qui vous prend aux tripes. Lorsqu’on le commence, il est impossible de lâcher ce roman. On est prit dans le maëlstrom de tous les petits détails que l’auteur nous offre, dans les relations entre les personnages, dans la profondeur de ceux qui ne sont pourtant que secondaires, dans les descriptions majestueuses qui donnent envie d’être sur place, les émotions qui se dégagent de ces lignes, dans ces passages qui vous feront pleurer et ceux qui feront battre votre cœur à mille à l’heure. Une braise sous la cendre ne se lit pas, il se vit.

Et je ne vous parle même pas de l’écriture, belle et juste : la perfection.

Je ne veux pas vous en dévoiler trop sur l’histoire, à vrai dire, je pense qu’il est mieux d’en savoir le moins possible quand on se lance dans cette lecture. Croyez-moi sur paroles, ce livre mérite toutes les incroyables critiques à son sujet et toutes les réactions positives sur la toile et ailleurs.

Quand à la fin, elle m’a juste scotchée. Sabaa Tahir augmente progressivement le rythme jusqu’à le rendre plus qu’addictif et nous abandonne, presque orphelins, alors que j’aurai encore pu lire des milliers de pages…
Je n’ai désormais plus qu’une hâte : lire le second volume prévu en VO en avril 2016.

En Bref :Vous décrire à quel point ce livre est une merveille est difficile. Je n’ai tout simplement pas les mots… Grâce à son univers complet et novateur, son rythme à couper le souffle et ses personnages réalistes, Une braise sous la cendre s’impose comme l’un des meilleurs romans de fantasy pour ados.
Coup de coeur Coup de coeur
©Chronique écrite par , le 14-10-2015

11
Poster un Commentaire

avatar
11 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
Top Ten Tuesday #17 - Les petits mots de SaefielCapucineGilwenMallou14 (The Notebook 14)Ly Recent comment authors
plus récents plus anciens plus de votes
trackback

[…] 1. Une Braise sous la cendre de Sabaa Tahir « C’est l’un des meilleurs romans de tous les temps, on ne peut pas passer à côté, l’univers est génial, les personnages sont au top et puis il y a Elias. Juste pour Elias ça vaut le coup. » Ma chronique […]

Capucine

Ce que tu dis de ce livre m'a donné beaucoup trop envie de le lire – je me suis précipitée en librairie pour l'acheter. Je suis faible face à la tentation.

Gilwen

Rhaaa tu m'aide pas ! Il me fait super envie depuis sa sortie VO celui là et pour le moment j'ai résisté (le petit soucis du poids des bagages déjà bien remplis de nouveaux livres pour mon retour en Europe). Mais là j'ai de plus en plus envie de céder.

Mallou14 (The Notebook 14)

Ma lecture en cours ! Je n'ai lu que le premier chapitre pour l'instant donc je ne sais pas trop me prononcer mais j'espère aimer autant que toi 🙂

Ly

Je me tâtais à le lire, mais là ta chronique elle me donne BEAUCOUP trop envie :'( Peut être que je le tenterais en VO :3